Survol d'une centrale en ULM : six mois avec sursis requis contre le militant de Greenpeace

(Benoit Tessier Reuters)

Le tribunal correctionnel de Bourg-en-Bresse a requis une peine de six mois de prison avec sursis à l'encontre d'un militant de Greenpeace. Il avait survolé la centrale nucléaire de Bugey dans l'Ain en mai dernier.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

L'opération menée le 2 mai dernier par un militant de
Greenpeace avait fait grand bruit. Pour dénoncer les failles dans la sécurité
des centrales nucléaires, un médecin allemand de 29 ans avait survolé la centrale
de Bugey dans l'Ain en ULM.

L'homme avait déposé un fumigène sur le réacteur n°3 de la
centrale. Il avait ensuite été contrait d'atterrir en raison des turbulences.
Il avait été arrêté quelque temps plus tard par les gendarmes, tout comme un
autre militant de Greenpeace soupçonné de l'avoir aidé dans son entreprise.

Lors
du procès, ce mercredi, le procureur a expliqué que "l'action du pilote présentait une
dangerosité certaine, elle aurait pu entraîner son décès. Et il aurait pu
chuter sur les salariés de la centrale"
.
Il a requis six mois de prison
avec sursis à l'encontre du pilote et demandé l'abandon des poursuites contre
le second militant. Le jugement a été mis en délibéré au 27 mars. 

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

Vous êtes à nouveau en ligne