VRAI OU FAKE Retour vers l'Info. Mensonge d'Etat (1) : 1985, l'affaire du Rainbow Warrior

Quand le fake news vient d'en haut... Retour sur l'attentat commis contre le bateau de Greenpeace en Nouvelle-Zélande. Un acte de sabotage commis par des agents secrets français.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Le Rainbow Warrior... ce bateau de Greenpeace utilisé par l'ONG pour protester contre les essais nucléaires français. Ce 10 juin 1985, alors que le bateau est amarré à Auckland, une bombe explose à bord et un photographe est tué. Très vite, un couple de touristes suisses est arrêté, les époux Turenge... en réalité deux agents secrets français.

La France, son État-major et ses responsables politiques vont alors s’engluer dans une spirale du mensonge. A commencer par Charles Hernu, le ministre de la Défense, qui nie toute implication de l'Etat français.

Mais face aux révélations de la presse, Charles Hernu finit par démissionner en septembre 1985. Le Premier Ministre, Laurent Fabius, avoue que les agents secrets ont "agi sur ordres". 

Et en 1997, l'ancien directeur de la DGSE, aux commandes au moment des faits, avouera que le président de la République, François Mitterrand, était lui-même au courant de cette opération de sabotage.

Vous êtes à nouveau en ligne