Pollution : faut-il changer nos cheminées ?

FRANCE 3

Regarder la télévision devant un bon feu de cheminée est agréable, mais peu efficace pour réchauffer la maison, ni écologique. De plus en plus de communes interdisent les cheminées à l'ancienne pour les remplacer par des inserts.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

À la tombée de la nuit, sur les contreforts de Chalance, dans les Hautes-Alpes, Caroline Petit-Jean a un petit rituel : allumer la flambée du soir à l'ancienne dans la cheminée à foyer ouvert de son hôtel. "C'est très chaleureux un feu de cheminée, c'est très enveloppant, ça donne une ambiance dans un salon, donc souvent les clients appellent pour savoir si on a une cheminée (...) c'est vivant un feu", explique-t-elle.

Le chauffage au bois représente 66% des particules fines

En 2022, les feux de cheminée à foyer ouvert seront interdits dans la vallée de l'Arve en Haute-Savoie. Ils sont considérés comme trop polluants. Dans la vallée, un nuage de pollution stagne dans l'atmosphère. 15% des particules fines proviennent de l'industrie, ce qui est peu. Le trafic routier est responsable de 17% des émissions, mais le chauffage au bois représente 66% des particules fines. L'interdiction totale des foyers ouverts en 2022 sera une première en France.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne