Petits, géants, mignons ou étranges : les multiples "visages" de la faune en danger

Certains sont très connus, d'autres beaucoup moins, pourtant tous ces animaux craignent le même destin : l'extinction. 

Commerce d'ivoire, vente de viande de baleines, étoiles de mer planquées dans les valises... Parce que la protection de la faune et de la flore passe aussi par la régulation des échanges, la 65e session du comité permanent de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (Cites) s'ouvre lundi 7 juillet, à Genève (Suisse). Au programme de ces quatre jours : des discussions autour des 10 espèces les plus menacées et sur le bilan des bonnes (et mauvaises !) politiques mises en œuvre par les Etats afin de protéger ces spécimens en danger. 

Selon la liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), principal instrument de mesure de la biodiversité, 11 212 espèces animales sont actuellement menacées sur les 53 267 espèces de vertébrés et d'invertébrés recensées par ce même organisme sur le globe. La Cites interdit la vente d'environ 600 d'entre elles (en PDF). 

Francetv info s'est attardé sur quelques spécimens, adorables, étranges, mystérieux ou majestueux, représentatifs de la diversité des espèces en danger. 

111
La loutre de mer (Enhydra lutris nereis) vit dans le Pacifique-Nord. Elle est considérée en danger par l'UICN et inscrite à l'annexe 1 de la Cites (qui interdit tout commerce) depuis 1975, avec notamment ses cousines la loutre marine, la loutre à longue queue ou encore la loutre du Chili. Chassée pour sa fourrure jusqu'au début du XXe siècle, elle fait l'objet d'une réintroduction. CYRIL RUOSO / BIOSPHOTO / AFP
211
Déployées, ses ailes peuvent atteindre 29 cm. L'ornithoptera alexandrae (l'ornithoptère de la reine Alexandra ou Queen Alexandra's Birdwing) figure parmi les plus gros papillons du monde. Originaire de Papouasie – Nouvelle Guinée, il souffre du déboisement (les forêts disparaissant au profit des cultures d'huile de palme) et du braconage : il  s'achète plusieurs milliers de dollars, illégalement bien sûr, rapporte The Guardian (en anglais). FRANCOIS GILSON / BIOSPHOTO / AFP
311
Voici Sergeï, un petit chevrotain porte-musc de Sibérie, âgé de 2 mois, résident du zoo d'Edimbourg (Royaume-Uni) et photographié en 2007. Outre leur physique de gros lapin (ils ne dépassent pas les 60 cm), les mâles ont la spécificité de porter une "poche à musc" dans la partie inférieure de l'abdomen. De quoi attirer les convoitises du monde de la parfumerie, mais aussi de la médecine traditionnelle chinoise, responsables de sa quasi-disparition. DAVID MOIR / REUTERS
411
L'orang-outan et l'homme partagent un génome quasi-identique (97%). Et comme l'humain, ces grands singes peuvent s'emballer en découvrant leur repas de Noël, comme ici, au zoo de Rio de Janeiro (Brésil). Cette espèce figure sur la liste rouge de l'IUCN, dans la catégorie en danger critique. L'agence a estimé, en 2011, que 80% d'entre eux avaient disparu au cours des 75 dernières années, en raison de la déforestation.  VANDERLEI ALMEIDA / AFP
511
Le grand panda, emblème du WWF, apparaît comme un symbole de la protection des animaux. Mais quid de ses cousins petits pandas ou pandas roux (en anglais, "firefox", comme le logiciel libre du même nom) ? Eux aussi figurent à l'annexe I de la Cites, victimes du braconnage (leur fourrure a longtemps été prisée) et de la réduction de leur habitat.  ZJAN/WENN.COM/SIPA / SIPA USA
611
En France, une autorisation est nécessaire pour adopter un ara rouge, ou ara macao. Une espèce de mammifère sur quatre, un oiseau sur huit et plus d'un amphibien sur trois sont menacés d'extinction mondiale. JUAN CARLOS ULATE / REUTERS
711
Les éléphants, estimés à moins de 500 000 en Afrique contre plusieurs millions au milieu du XXe siècle, sont menacés par la destruction de leur environnement, mais aussi par le braconnage qui a explosé, avec une forte demande notamment en Asie et au Moyen-Orient. Le commerce mondial de l'ivoire est interdit depuis 1989. Mais le trafic a doublé depuis 2007 et plus que triplé depuis 1998, selon un rapport publié en marge de la dernière conférence de la Cites en mars 2013. MAXPPP
811
Les tortues imbriquées ont longtemps été chassées pour leurs magnifiques écailles. Si belles que l'homme en a fait des montures de lunettes. En un siècle, plus de 80% de la population ont disparu, et elles ne seraient plus que 50 000 à travers le monde, selon le WWF. L'ONG s'est réjouie que l'une d'entre elles ait été retrouvée pour la première fois dans les eaux du Pakistan, début 2014. Hélas, elle était prisonnière de filets de pêcheurs.  CHRISTOPHE MIGEON / BIOSPHOTO / AFP
911
Depuis 2008, l'UICN estime que le tigre de Sumatra est en danger critique d'extinction. A l'époque, sa population n'excédait pas les 680 individus, soit des petits groupes de moins 50 animaux répartis sur l'île indonésienne. Entre 1985 et 2008, Sumatra a perdu la moitié de ses forêts naturelles, soit 12,5 millions d’hectares, explique le WWF. De nombreuses espèces de tigres figurent à l'annexe 1 de la Cites ou font l'objet de campagne de sensibilisation, à l'instar du tigre du Grand MékongPETR JOSEK SNR / REUTERS
1011
Dans le sud de la Chine et sur des marchés d'Asie du Sud-Est, le pangolin reste très prisé et se vend à prix d'or, mort ou vivant, pour sa viande ou pour les vertus supposées médicinales de ses écailles une fois réduites en poudre. Un business très lucratif, rapporte encore The Guardian (en anglais). Bien que cet animal soit protégé, deux tonnes de pangolins ont été récemment saisies à Hong Kong, a déploré vendredi la Cites, citée par Sciences et avenir. HAI OU / IMAGINECHINA / AFP
1111
C'est un animal légendaire. La salamandre géante, ici photographiée sur l'île de Honshu, au Japon, est notamment menacée par la pollution. Elue animal le plus étrange en 2011 par la Société zoologique de Londres, elle bénéficie depuis 2012 d'un programme de sauvegarde (en anglais) mené par ce même organisme. Comme quoi, il n'est pas nécessaire de répondre à tous les critères de beauté pour être protégé comme il se doit. CYRIL RUOSO / BIOSPHOTO / AFP
Vous êtes à nouveau en ligne