Pesticides : du glyphosate dans l'urine des députés européens

Du désherbant Roundup dans un magasin parisien
Du désherbant Roundup dans un magasin parisien (CHARLES PLATIAU / REUTERS / X00217)

Des députés se sont soumis à des tests d'urine pour dénoncer l'omniprésence de ce pesticide dont l'Europe pourrait renouveler l'autorisation de commercialisation.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Des analyses d'urines pour protester contre les pesticides. Alors que la Commission et les Etats membres discutent de la réautorisation du glyphosate, une substance utilisée dans des pesticides comme le Round Up, en Europe, des députés européens opposés à cette décision ont fait analyser leur urine, rapportent Le Monde et EuractivObjectif : montrer que ce produit, un cancérogène "probable" selon l'OMS, est partout.

Sur les 48 députés testés, "tous les participants avaient du glyphosate dans les urines, et ce, dans des proportions élevées", indique le laboratoire allemand qui a mené l'étude. En moyenne, le taux de glyphosate moyen est 17 fois plus élevé que la normale. Treize pays étaient représentés, dont la Belgique, la République tchèque, la France, la Hongrie, l’Espagne, la Finlande et l’Italie.

"Chaque citoyen est exposé à cette substance"

"Les résultats de cette action symbolique doivent faire prendre conscience que l'omniprésence d'une substance potentiellement cancérigène et suspecte tel le glyphosate constitue un réel problème", explique l'un des députés à l'origine de l'initiative, le Belge Marc Tarabella, sur FacebookForce est de constater que peu importe l'âge, le sexe, le pays d'origine, chaque citoyen est exposé à cette substance".

L'autorisation de commercialisation du glyphosate par l'UE expire fin juin. Un comité d'experts représentant les Etats membres doit se réunir les 18 et 19 mai pour se prononcer sur son renouvellement. Début mars, l'UE avait repoussé sa décision faute de majorité, plusieurs pays européens ayant rejoint le camp des opposants. Utilisée depuis les années 1970, cette substance active est notamment présente dans le Round Up du groupe Monsanto, pesticide le plus vendu dans le monde.

Favorable à un renouvellement de son autorisation, la Commission appuie son choix sur l'avis donné en novembre par l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), qui a jugé "improbable" le risque cancérogène du glyphosate. Une agence de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a, à l'inverse, déclaré la substance cancérogène "probable".

Vous êtes à nouveau en ligne