"Monsanto a demandé à une officine belge de s'occuper de ma réputation", accuse Nicolas Hulot

Nicolas Hulot participe au baptême d\'un bateau, le 23 octobre 2018, à Dinard (Ille-et-Vilaine).
Nicolas Hulot participe au baptême d'un bateau, le 23 octobre 2018, à Dinard (Ille-et-Vilaine). (JEAN-MARC DAVID/SIPA)

L'ancien ministre dit avoir été mis au courant de cette stratégie après son arrivée au gouvernement. Monsanto dément ces allégations "diffamatoires".

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Nicolas Hulot s'attaque à "la pire firme au monde". L'ancien ministre de la Transition écologique affirme, dimanche 3 février, dans Le Journal du dimanche, que "Monsanto a demandé à une officine belge de s'occuper de ma réputation"Il dit avoir eu vent de cette demande "quelques mois" après son arrivée au gouvernement, par l'intermédiaire d'une de ses connaissances, "haut placée dans une entreprise travaillant dans le domaine de l'environnement".

Apportant son soutien à un agriculteur en plein conflit judiciaire avec la firme, Nicolas Hulot dit ressentir "une profonde colère face à l'indulgence dont bénéficie Monsanto" et face à "une accoutumance à sa puissance de feu" de la part de "la plupart des décideurs mondiaux".

Contactée par Le Journal du dimanche, l'entreprise agro-industrielle, depuis rachetée par le groupe Bayer, dément "formellement ces allégations très graves et diffamatoires"

Vous êtes à nouveau en ligne