L'Europe s'accorde sur les perturbateurs endocriniens

FRANCEINFO

Les états de l'Union européenne se sont mis d'accord sur une définition des perturbateurs endocriniens. Mais les ONG restent inquiètes.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Pour la première fois, les États membres de l’Union européenne se sont accordés sur des critères permettant de réglementer sur les perturbateurs endocriniens.

"Toute substance active utilisée dans les pesticides identifiée comme perturbateur endocrinien pour les personnes ou les animaux pourra être évaluée et retirée du marché". C’est une petite phrase de deux lignes, mais ça change quoi ?

Un niveau de preuves très élevé

On va pouvoir les interdire sur le marché européen, notamment dans l'agriculture, puis dans les jouets, les cosmétiques, les emballages alimentaires.

Les ONG restent néanmoins inquiètes. D'abord parce que le niveau de preuves exigé est très élevé, ce qui va limiter le nombre de substances interdites.

Ensuite, certains pesticides échappent à la réglementation : ceux visant les systèmes hormonaux des insectes ou plantes nuisibles. Ils pourront être interdits sur le sol français, mais cette mesure sera difficile à appliquer en raison de la concurrence européenne.

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

Vous êtes à nouveau en ligne