VIDEO. Daniel Cueff, ce maire breton qui se bat contre les pesticides

BRUT

Il est devenu un symbole du combat contre les pesticides... Mais la justice vient de suspendre son arrêté anti-pesticides. Le maire de Langouët raconte pourquoi il appelle aujourd'hui à la "désobéissance civile".

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"Dans ces 150 mètres, on ne pourra pas utiliser des pesticides de synthèse qui sont utilisés dans l'agriculture chimique."

Daniel Cueff est devenu un symbole dans la lutte contre les pesticides. Ce maire breton a pris un arrêté restreignant l'utilisation de pesticides dans sa commune en mai dernier. "La désobéissance civile, elle a existé de tout temps y compris chez les préfets qui, parfois, dans l'histoire, ont été amenés à désobéir à des ordres ou à des consignes de leur gouvernement parce qu'ils n'étaient pas d'accord avec la mise en cause de la santé publique ou de l'intégrité publique", rappelle le maire de Langouët.

C'est pas l'intention qui compte, c'est la réalité qui compte.

Daniel Cueff

Maire de Langouët

Mais, sa décision a été suspendue par la justice début septembre.

La raison ? Un maire ne serait pas compétent en la matière. "Le président de la République m'a dit que j'avais raison dans mes convictions. Je lui ai répondu que les convictions, ça ne suffit pas. C'est pas l’intention qui compte, c'est la réalité qui compte", soutient Daniel Cueff. Ce dernier souligne l'ambivalence du chef de l'État et pointe une politique du "en même temps". "En même temps je vous donne raison et en même temps, je vous traîne devant les tribunaux."

Une initiative saluée

Et son initiative en a inspiré d'autres. Au total, 45 maires ont pris des arrêtés pour encadrer l'usage des pesticides de synthèse chimique et du glyphosate sur leur territoire. "Le but d'un élu, quel qu'il soit, de la République, c'est pas d'être le béni-oui-oui de la République et de mettre en place des choses avec lesquelles il n'est absolument pas d'accord", tonne Daniel Cueff.

Vous êtes à nouveau en ligne