VIDEO. "C'est une révolution totale" : réflexions d'un agriculteur conventionnel devant une ferme 100% bio

ENVOYÉ SPÉCIAL / FRANCE 2

Pour un échange inédit à voir dans "Envoyé spécial" le 17 janvier 2019, Vincent, céréalier dans l'Aisne et utilisateur convaincu de pesticides comme le Roundup, a partagé quarante-huit heures avec un autre agriculteur, Olivier, qui s'en est affranchi depuis presque trente ans. Dans cet extrait, le premier découvre la technicité d'une ferme 100% bio. Va-t-il se convertir ?

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Pour un échange inédit à voir dans "Envoyé spécial" le 17 janvier 2019, Vincent, céréalier dans l'Aisne et utilisateur convaincu de pesticides comme le Roundup, a partagé quarante-huit heures avec un autre agriculteur, Olivier, qui s'en est affranchi depuis presque trente ans. En découvrant sa ferme 100% bio, Vincent est surpris par sa technicité et sa productivité. Sur certaines céréales, Olivier obtient presque les mêmes rendements que dans le conventionnel. Et il vend sa production jusqu'à deux fois plus cher.

A l'heure des comptes, leurs deux exploitations dégagent des bénéfices assez proches. Leurs revenus sont irréguliers, mais Olivier et sa femme se versent environ 3 000 euros net par mois, Vincent entre 2 000 et 2 500 euros. L'agriculture biologique paraît donc rentable... mais Vincent n'a pas l'intention de se convertir.

"Il faut se dire 'on balance tout le matériel, et on repart de zéro'..."

"Ce n'est pas une petite révolution, c'est une révolution totale. Il faut tout remettre à plat, repartir de ce qu'est l'exploitation aujourd'hui, se dire 'on balaye toutes les productions, on annule tous les contrats, on balance tout le matériel, et on repart de zéro'. Et on se dit 'plutôt que d'avoir un pulvérisateur, j'investis dans un séchoir, dans du stockage, parce que c'est indispensable en agriculture biologique', etc., etc."

"C'est le projet d'une vie, termine Vincent. Et je dirais, devant Olivier : c'est un projet de plusieurs générations." Olivier, lui, en est convaincu : la prochaine génération demandera plus de produits sans pesticides.

Extrait de "Glypho or not glypho", un reportage à voir le 17 janvier 2019 dans "La Spéciale d'Envoyé : Glyphosate, comment s'en sortir ?".

Vous êtes à nouveau en ligne