VIDEO. Agriculture : l'utilisation des produits phytosanitaires et du glyphosate a baissé "de 35%" entre 2018 et 2019, selon Didier Guillaume

FRANCEINFO / RADIOFRANCE

Le ministre de l'Agriculture estime toutefois que l'objectif "zéro glyphosate" est irréaliste.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"Entre 2019 et 2018, la baisse des produits phytosanitaires et du glyphosate c'est moins 35%", a affirmé le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, vendredi 26 juin sur franceinfo, en réponse au député européen EELV Yannick Jadot qui avait affirmé hier que l'utilisation du glyphosate avait "augmenté" en France. "Ce qui fait sur les deux ans -30%, entre 2019 et 2017 (…) C'est une excellente nouvelle", a souligné le ministre.

"Il ne faut pas jouer sur les peurs, il faut être sérieux, [Yannick Jadot] dit des choses qui ne sont pas réelles", a dénoncé Didier Guillaume. "Le président de la République a été le premier chef de l'État d'un pays européen à dire que nous allions arrêter le glyphosate en 2021, mais en même temps il a ajouté qu'il n'était pas possible de laisser des filières sans solutions. C'est la différence que nous avons entre une écologie dogmatique et une écologie pragmatique", a estimé Didier Guillaume.

"Plus de 10 000 agriculteurs sont passés en bio" en 2019

"La transition agro-écologique, elle est en marche. Je veux saluer les agriculteurs qui font un travail remarquable", a-t-il ajouté, avant d'indiquer que "plus de 10 000 agriculteurs sont passés en bio l'année dernière". 

Donc on va dans le bon sens.

Didier Guillaume, ministre de l'Agriculture

à franceinfo

 "Ce que je demande, c'est que l'Anses [Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation], que l'Inrae [Institut national de la recherche agronomique] avancent, aillent plus vite dans les alternatives", a déclaré Didier Guillaume.

Mais l'objectif du "zéro glyphosate" est irréaliste, selon lui. "On n'y arrivera pas (…) il faut dire la réalité. Dire que nous devrions tout arrêter, c'est tromper les gens, c'est partir dans une aventure qui serait dramatique, parce que si on dit 'zéro glyphosate' on arrêtera de produire de l'alimentation", a mis en garde le ministre.

Vous êtes à nouveau en ligne