Prolongation du glyphosate : ces pays qui ont fait pencher la balance

FRANCE 2

En duplex depuis Bruxelles, en Belgique, le journaliste de France 2 Valéry Lerouge nous explique dans quelles circonstances la prolongation de cinq ans de l'autorisation du glyphosate dans l'Union européenne a été votée, ce lundi 27 novembre. 

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Dix-huit États membres de l'Union européenne ont voté ce lundi 27 novembre pour le prolongement de cinq ans du glyphosate. Ils n'étaient que 14 à la précédente réunion. Que s'est-il passé depuis ? "Quatre abstentionnistes sur les cinq précédemment ont fini par basculer dans le camp du 'oui', pour des raisons différentes", explique le journaliste de France 2 Valéry Lerouge. "La Pologne, la Roumanie et la Bulgarie se battaient pour que ce soit non pas cinq, mais dix ans voire 15 ans de plus pour le glyphosate. Ils ont estimé auourd'hui que cinq ans, c'était toujours ça de pris".

L'Allemagne poussée au 'oui' par son industrie chimique ?

Il poursuit : "Plus surprenant : l'Allemagne, qui s'abstenait, coincée entre ses écologistes et ses libéraux, qui négociaient pour être dans la coalition avec Angela Merkel, a voté oui sans ambiguïté, poussée par son industrie chimique, selon certains. Ҫa fait 18 États qui ont voté pour, il en fallait au minimum 16. Ils représentent exactement deux tiers de la population europénne. C'est ce qu'on appelle ici la majorité qualifiée, n'en déplaise au gouvernement français", conclut le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne