Monsanto : un accord à l'amiable à 9 milliards d'euros pour les victimes du Roundup

FRANCE 2

Mercredi 24 juin, le géant américain de l'agrochimie Bayer-Monsanto a annoncé qu'il dédommagerait les plaignants américains qui accusent le désherbant Roundup d'avoir causé des cancers.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

C'est une décision inédite, mais en demi-teinte. Dans la soirée du mercredi 24 juin, le géant de l'agrochimie Bayer et sa filiale américaine Monsanto ont annoncé qu'ils allaient dédommager à hauteur de 9 milliards d'euros les plaignants des différents procès en cours aux États-Unis. Des milliers d'Américains accusent, en effet, le pesticide commercialisé par la société, le Roundup, d'être à l'origine de nombreux cancers.

"Là ils payent, ils se dédouanent"

Avec cet accord, toutes les poursuites contre Bayer-Monsanto sont arrêtées. De plus, le groupe pourra continuer à commercialiser le Roundup. Difficile à digérer pour les victimes du glyphosate. "L'argent, c'est important, mais ça ne fait pas tout. Je ne sais pas s'il ne manque pas, vraiment, une reconnaissance. Là ils payent, ils se dédouanent. Si Bayer avait dit : 'Ok, on a menti, on vous a intoxiqué', peut-être que ça aurait eu autant d'importance que l'argent", explique Julien Gaillard, victime des pesticides et vice-président de l'association Phytovictimes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne