Les Etats-Unis n'autoriseront plus les étiquettes qualifiant le glyphosate de "cancérigène"

L\'herbicide Roundup de Monsanto (Bayer), à Berlin, en Allemagne, le 22 juin 2019.
L'herbicide Roundup de Monsanto (Bayer), à Berlin, en Allemagne, le 22 juin 2019. (XAMAX / DPA)

L'Agence américaine de protection de l'environnement estime que qualifier le glyphosate de cancérigène est "faux" et "trompeur".

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

L'Agence américaine de protection de l'environnement a annoncé qu'elle n'approuverait plus les étiquettes sur les produits contenant du glyphosate qui qualifient la substance de cancérigène, estimant que cette affirmation est "fausse et trompeuse".

Cette décision rendue jeudi 8 août renforce le géant agricole américain Monsanto et à sa société mère allemande Bayer, objet de plusieurs poursuites judiciaires pour leur herbicide controversé vendu sous le nom commercial Roundup. La Californie a décidé en 2017 que ce pesticide devait porter une étiquette le qualifiant de "cancérigène probable", reflétant les conclusions du Centre international de recherche sur le cancer de l'Organisation mondiale de la santé, présentées deux ans plus tôt.

Mais l'Agence de protection de l'environnement a retoqué cette décision, estimant qu'il est "irresponsable d'exiger la pose d'étiquettes inexactes sur des produits". "L'Agence sait que le produit ne pose pas de risque de cancer. Nous ne permettrons pas à la Californie de dicter la politique fédérale", a affirmé son administrateur dans un communiqué.

Vous êtes à nouveau en ligne