États-Unis : Monsanto condamné lourdement à cause du glyphosate

FRANCEINFO

La justice américaine a condamné la firme trois fois en un an, avec des montants à verser d'environ 2,16 milliards d'euros à des utilisateurs de son herbicide, jugé responsable des cancers des plaignants.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Alberta et Alva Pilliod, 75 et 77 ans, deux plaignants contre Monsanto, rejoignent Dewayne Johnson et Edwin Hardeman au rang de ceux qui ont fait condamner la compagnie. La justice a dans les quatre cas conclu que les produits de la firme étaient à l'origine de leurs cancers via son désherbant Round Up qui contient du glyphosate. Au total, Monsanto est condamné à verser 2,16 milliards de dollars.

"Mépris total de la santé humaine"

"Monsanto a choisi de ne pas mettre sur l'étiquette un avertissement sur les risques de cancer. C'est un choix qui reflète leur mépris total de la santé humaine", plaidait en 2018 l'avocat de Dewayne Johnson, qui verra la firme condamné à verser 78 millions d'euros. Le 27 mars 2019, c'est cette fois 81 millions que Monsanto doit payer à Edwin Hardeman. "Nous espérons que Monsanto ne sous-estime plus la science et ne manipule plus l'opinion publique concernant les dangers du Round Up", affirmait son avocate.

Mardi 14 mai, ce sont donc les époux Pilliod qui voient la justice leur accorder 2 milliards de dommages et intérêts. "Nous aurions aimé que Monsanto nous prévienne des dangers de l'utilisation de son produit", regrette Alberta Pilliod. Son mari et elle son atteint d'un cancer du système lymphatique.

Vous êtes à nouveau en ligne