"Cela n'a jamais été dans le rapport" : Cédric Villani tacle le sénateur qui assure que le glyphosate est "moins cancérogène que la charcuterie"

Cédric Villani, le 14 février 2018 à l\'Assemblée nationale, à Paris.
Cédric Villani, le 14 février 2018 à l'Assemblée nationale, à Paris. (BERTRAND GUAY / AFP)

Pierre Médevielle, coauteur d'un rapport d'information sur le glyphosate, a assuré que le glyphosate était "moins cancérogène que la charcuterie ou la viande rouge". Pour Cédric Villani, invité lundi sur franceinfo, "c'est la conclusion que tire Pierre Médevielle à titre personnel".

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"Je regrette que le sénateur Médevielle, en s'exprimant prématurément et sous une forme qui ne reflète pas le rapport, ait contribué à ajouter de l'huile sur le feu", a réagi sur franceinfo Cédric Villani, en réponse à la polémique créée par Pierre Médevielle, sénateur UDI de Haute-Garonne. Tous deux sont vice-présidents de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST), qui a été missionné par le Sénat et l'Assemblée nationale pour un rapport d'information sur le glyphosate et le rôle des agences sanitaires.

Ce rapport d'information doit être présenté jeudi 16 mai. Pierre Médevielle a créé la polémique en déclarant à La Dépêche du Midi, dimanche, que "la cancérogénicité de la molécule n'est pas démontrée par la science, mais encore qu'en l'état actuel de nos connaissances, le glyphosate est moins cancérogène que la charcuterie ou la viande rouge""Vous ne lirez pas cela dans le rapport car cela n'y a jamais été, corrige Cédric Villani. C'est la conclusion que tire Pierre Médevielle à titre personnel."

"Ses conclusions propres"

Cédric Villani, député LREM, estime "prématurée" la déclaration de Pierre Médevielle qui, selon lui, pose un problème "sur la forme et sur le fond" :  "Sur la forme, il s'exprime avant la conférence de presse officielle, et sur le fond, il a parlé de certains éléments du rapport, mais y a ajouté son opinion propre, ses conclusions propres qui ne sont pas celles qui engagent l'Office", estime-t-il.

Il a le droit de s'exprimer, comme tout citoyen et tout parlementaire, mais pas au nom de l'Office parlementaire scientifique.Cédric Villanià franceinfo

Cédric Villani précise l'objectif et le contenu du rapport d'information. "Ce n'est pas un rapport sur le glyphosate. C'est un rapport qui porte que les modes de fonctionnement des différentes agences d'évaluation des produits sanitaires, au niveau français et européen. Ce rapport rappelle ce qu'il y a dans la controverse sur le glyphosate, mais ne tire pas de conclusions sur le fond. Ce qui intéresse le rapport, c'est comment améliorer la communication, la transparence des processus, sa fiabilité, bref comment faire en sorte que les agences soient au mieux au service de la société", indique-t-il.

"Dépassionner et expliquer la complexité"

"Le travail de ce rapport est de dépassionner et d'expliquer la complexité, d'expliquer pourquoi le glyphosate fait couler tant d'encre, explique Cédric Villani. Il y a des pratiques hautement contestables de Monsanto à l'égard du glyphosate. Et évaluer de façon sérieuse la nocivité d'un produit, c'est un travail extrêmement compliqué."

"Il ne s'agit pas de rouvrir le dossier du glyphosate, qui, pour moi, a été tranché du point de vue politique au moment où on a annoncé qu'il y avait une volonté du gouvernement d'en sortir en trois ans. Cela ne remet pas en cause cette promesse-là, il y a ici une volonté d'expliquer pourquoi l'affaire est complexe", ajoute-t-il.

Vous êtes à nouveau en ligne