Chlordécone : les victimes peuvent-elles espérer une indemnisation ?

France 3

En direct de la Martinique, le journaliste Hugo Puffeney fait le point sur la mission d'enquête parlementaire sur le chlordécone qui doit auditionner quelque 80 personnes. 

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Une mission d'enquête parlementaire sur le chlordécone en Martinique vient d'être lancée. Les victimes espèrent pouvoir être indemnisées et certaines préparent déjà leur dossier, rapporte le journaliste Hugo Puffeney, en direct de la Martinique. Pendant six jours, près de 80 personnes vont être auditionnées. "Il y aura des scientifiques, des élus et même pour la première fois ce soir [lundi 16 septembre] des industriels qui à l'époque ont industrialisé le chlordécone", poursuit-il. Le chemin de l'indemnisation devrait cependant être long, car la commission ne peut pas le faire directement. 

Un record du monde de cancer de la prostate

"Pour l'instant, seule l'exposition au chlordécone comme maladie professionnelle va être reconnue. C'est un engagement du chef de l'État Emmanuel Macron. Pour le reste, il n'y aura pas d'indemnisation. L'Assemblée nationale a d'ailleurs refusé la création d'un fonds l'année dernière", précise le journaliste. De plus, établir scientifiquement le lien pour chaque personne entre un cancer par exemple et le chlordécone est "très difficile". Le chlordécone restant "un facteur de risque parmi d'autres même si les études sont nombreuses et même si la Martinique détient le record du monde de cancer de la prostate.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne