Paris : six questions pour comprendre l'interdiction de circulation des véhicules les plus polluants

Une 2 CV roule dans le quartier de Montmartre à Paris, le 17 janvier 2015.
Une 2 CV roule dans le quartier de Montmartre à Paris, le 17 janvier 2015. (THOMAS MUNCKE / DPA)

Les voitures immatriculées avant 1997 sont interdites de circulation en journée et en semaine dans la capitale à partir du 1er juillet.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Vous adorez votre voiture hors d'âge pour circuler dans Paris ? Ou, mieux encore, pour fuir cette capitale polluée ?  Il va falloir rentrer au garage. Dans le cadre de la lutte contre les émissions de dioxyde d'azote et les particules fines, les véhicules immatriculés avant le 1er janvier 1997 sont interdits de circulation dans la capitale depuis le vendredi 1er juillet.

La règle est valable en semaine, de 8 heures à 20 heures, dans Paris intramuros (hors bois et périphérique). Les poids lourds, eux, sont interdits sept jours sur sept. En six points, francetv info fait partir en fumée vos questions sur le sujet.

1Pourquoi cette interdiction ? 

Cette mesure s'inscrit dans le cadre du plan de lutte contre la pollution de l'air, qui a démarré en juillet 2015 avec l'interdiction de circuler dans la capitale pour les poids lourds et autocars d'avant le 1er octobre 2001. Les véhicules diesel d'avant janvier 2001, eux, seront interdits en 2017.

L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) estime que 50% de la pollution est produite par des véhicules qui ont plus de dix ans. En Ile-de-France, le trafic routier est responsable de 62% des émissions de dioxyde d'azote et de 55% d'émissions de particules. 

Sur un an, 90% de la population parisienne est exposée à des niveaux d'oxyde d'azote supérieur aux valeurs limites fixées par l'Union européenne, 15% des enfants sont asthmatiques et 35% allergiques, selon la Ville. Objectif de ce plan de lutte contre la pollution : diviser par deux, d'ici à 2020, une pollution de l'air qui fait perdre entre neuf et quinze mois d'espérance de vie aux habitants des grandes agglomérations.


Pollution : des particules fines mortelles

2Quels sont les véhicules concernés ?

Les véhicules particuliers immatriculés avant le 1er janvier 1997, les véhicules utilitaires légers d'avant le 1er octobre 1997, les deux-roues d'avant le 1er juin 1999 et les poids lourds et les bus datant d'au moins octobre 2001, déjà proscrits depuis l'an dernier, n'ont plus le droit de circuler dans la capitale. 

3Que risquent les contrevenants ?

Comment les policiers identifieront-ils les voitures concernées ? L'âge des véhicules sera déterminé, explique Le Parisien, par des vignettes de couleur allant du mauve pour les plus récentes au gris pour les plus anciennes. Mais elles ne seront obligatoires qu'après le 1er janvier 2017.

Après une période de clémence "pédagogique", mais sans sanctions, jusqu'au 1er octobre, la contravention sera de 35 euros en 2016 en cas de non-respect des règles. A partir de 2017, l'amende passera à 68 euros pour les véhicules particuliers et à 135 euros pour les poids lourds à partir de 2017. 

4Combien de voitures sont concernées ?

Difficile à savoir. Selon une étude du site européen d'annonces AutoScout24 publiée jeudi, sur 6,12 millions de véhicules immatriculés en Ile-de-France, près de 700 000 ont plus de 19 ans, dont 74 900 à Paris. D'après les registres de la préfecture cités par Le Parisien, 430 000 voitures concernées par la nouvelle interdiction. Il convient également d’ajouter 50 000 camionnettes et 13 000 deux-roues.

5Y a-t-il des dérogations ?

Premiers bénéficiaires d'une dérogation : les véhicules détenteurs d'une carte grise de collection. La Fédération française des véhicules d'époque détaille les conditions pour obtenir ce sésame réservé aux véhicules de plus de 30 ans. Et vous y avez peut-être droit, même si votre voiture est moins rutilante que cette Alfa Romeo des années 1930.


"Envoyé spécial" : Voitures de collection, la folie des enchères

Autres catégories qui ne sont pas touchées : les fourgons, les déménageurs, les pompiers et les camions-citernes ou frigorifiques, selon Les Echos.

6Existe-t-il des compensations ?

Les propriétaires de vieux véhicules qui s’engagent à laisser leur voiture peuvent bénéficier d’une aide financière (plafonnée à 400 euros) attribuée par la mairie de Paris pour financer leur passe Navigo ou l’achat d’un vélo électrique, précise Le Parisien. Il est aussi possible de bénéficier de 50% de réduction sur un abonnement Autolib' plus un crédit de 50 euros, précise France bleu.

Pour les petits entrepreneurs parisiens, des Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne, l'aide peut aller jusqu'à 9 000 euros pour l'achat d'un véhicule électrique ou GNV (gaz naturel).

Cela sera-t-il suffisant pour calmer la colère des propriétaires de vieux véhicules ? L'association 40 millions d'automobilistes présentera, au nom des automobilistes lésés, ses requêtes en dommages et intérêts devant le tribunal administratif "à la seconde" où paraîtra l'arrêté municipal. Elle est rejointe par la Fédération française des motards en colère, qui se dit "prête à s'associer" à un recours devant le tribunal administratif et appelle également les usagers "à la désobéissance civile".

Vous êtes à nouveau en ligne