OGM : sept associations claquent la porte du Haut Conseil des Biotechnologies

(Plantation de maïs transgénique de Syngenta Biotech, en Chine. © Kim Kyung Hoon/Reuters)

Sept organisations de la société civile, parmi lesquelles Greenpeace, les Amis de la Terre et la Confédération Paysanne, annoncent ce mercredi qu'elles quittent le Haut Conseil des Biotechnologies (HCB). Dans un communiqué commun, elle expliquent qu'elles "démissionnent conjointement de cette instance aux mains des lobbyistes de l'agro-chimie et des OGM".

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Ces sept associations font le "constat amer que tout débat sur les nouveaux OGM est forcément tronqué au sein du HCB", qui "s’acharne à dissimuler toutes les données scientifiques qui remettent en cause les nouvelles techniques de modification génétique. Et elles donnent l'exemple (voir plus bas) de la "censure" par le HCB "d’un avis scientifique divergent pointant les risques des nouveaux OGM". Résultat : le gouvernement français se base selon elles "sur un vrai-faux avis scientifique totalement partial, drapé d'une consultation de la société civile qui n'a jamais été menée à son terme."

"Le risque, si on n'a pas de réglementation sur ces nouveaux OMG, c'est qu'ils vont être noyés dans la masse, sans étiquetage, sans traçabilité, sans évaluation, sans contrôle …" explique Anaïs Fourest de Greenpeace.

"Les nouveaux OGM sont de nouvelles techniques de modification génétique" (Anaïs Fourest)
--'--
--'--

Ces "nouveaux OGM " sont des organismes génétiquement modifiés obtenus grâce à une technologie innovante qui permet de modifier le génôme des plantes sans y introduire d'ADN extérieur.

Le Haut Conseil des Biotechnologies a été fondé en 2008 pour "éclairer de manière indépendante le gouvernement" sur les questions notamment liées aux OGM.

 
Vous êtes à nouveau en ligne