Les pays africains ont brièvement suspendu lundi leur participation pour exprimer leur frustration à Copenhague

Membres de la délégation du Lesotho (Sud de l\'Afrique)
Membres de la délégation du Lesotho (Sud de l'Afrique) (AFP Attila Kisbenedek)

Les 53 pays africains, ont suspendu leur participation aux groupes de travail pour protester contre le manque d'attention portée à l'avenir du Protocole de Kyoto."C'est le seul instrument qui nous garantisse que les uns et les autres prendront des engagements minimaux", plaide le délégué du Gabon, Etienne Massard Makaga.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Les 53 pays africains, ont suspendu leur participation aux groupes de travail pour protester contre le manque d'attention portée à l'avenir du Protocole de Kyoto.

"C'est le seul instrument qui nous garantisse que les uns et les autres prendront des engagements minimaux", plaide le délégué du Gabon, Etienne Massard Makaga.

Suite à ce coup de force, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a exhorté lundi les négociateurs de la conférence climat de Copenhague à "redoubler d'efforts" pour parvenir à un accord. Depuis New York, M. Ban a rappelé que le temps était "compté". "Ce n'est plus le moment de gesticuler (...) chaque pays doit prendre sa part pour sceller un accord à Copenhague", a-t-il lancé.

Vous êtes à nouveau en ligne