Le WWF s'inquiète de la présence de "polluants dangereux" dans l'eau du robinet et en bouteille

(AFP/DENIS CHARLET)

L'organisation mondiale de protection de la nature, dans une enquête publiée jeudi, met l'accent sur les nitrates ou les résidus chlorés, même si les normes sont respectées.L'organisation non-gouvernementale a réalisé des prélèvements en 2009 et 2010 dans une cinquantaine de villes et communes rurales et sur une quinzaine d'eaux embouteillées.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

L'organisation mondiale de protection de la nature, dans une enquête publiée jeudi, met l'accent sur les nitrates ou les résidus chlorés, même si les normes sont respectées.

L'organisation non-gouvernementale a réalisé des prélèvements en 2009 et 2010 dans une cinquantaine de villes et communes rurales et sur une quinzaine d'eaux embouteillées.

Sur l'eau du robinet, "l'enquête montre globalement qu'elle respecte les normes en vigueur. Cependant, 19 molécules ont été détectées, essentiellement des nitrates, des résidus chlorés ou bromés de sous-produits de désinfection et de l'aluminium", indique le rapport.

Au sujet des eaux en bouteille, minérales ou de source, "quatre micropolluants ont été détectés à l'état de traces ou à des concentrations quantifiables: nitrates, aluminium, antimoine et plomb", également en quantité inférieures aux normes réglementaires actuelles.

Pour l'ONG, le fait que les normes soient respectées n'évacue pas pour autant d'éventuels problèmes sanitaires. "La diversité et l'augmentation constante du nombre de molécules présentes dans les eaux de boisson posent un réel problème", écrit le WWF qui "s'interroge sur les risques pour la santé liées à l'exposition à de faibles doses de polluants sur le long terme, à l'effet cocktail, aux perturbateurs endocriniens".

"Il est impératif de mettre en place, au plus vite, une protection efficace des sources d'eau potable en amont, et plus généralement des ressources en eaux brutes", poursuit le texte du rapport.

Vous êtes à nouveau en ligne