Le président US a dit samedi sa volonté de voir le sommet donner lieu à des mesures "immédiates" contre le réchauffement

Barack Obama
Barack Obama (AFP - Emmanuel Dunand)

Les Etats-Unis et la Chine "sont convenus de coopérer pour faire du prochain sommet de Copenhague sur le climat une réussite qui conduise à une action immédiate contre la pollution par les gaz carboniques", a-t-il déclaré.Dans son allocution hebdomadaire, il a cherché à défendre sa récente tournée en Asie, modérément appréciée aux Etats-Unis.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Les Etats-Unis et la Chine "sont convenus de coopérer pour faire du prochain sommet de Copenhague sur le climat une réussite qui conduise à une action immédiate contre la pollution par les gaz carboniques", a-t-il déclaré.

Dans son allocution hebdomadaire, il a cherché à défendre sa récente tournée en Asie, modérément appréciée aux Etats-Unis.

Reste que M. Obama est revenu sans résultat spectaculaire de cette visite. La Chine, puissance économique et stratégique montante, est surtout apparue comme une partenaire désormais résolue à traiter d'égal à égal.

Autre grief, les dissidents ont été déçus par le peu de vigueur avec lequel, selon eux, M. Obama a parlé des libertés.

En guise de réponse, le président américain a rappelé samedi avoir exprimé publiquement devant de jeunes Chinois de Shanghaï l'attachement des Etats-Unis à des valeurs "universelles". Il a aussi souligné que l'une des principales raisons de son voyage résidait dans sa volonté de favoriser les exportations américaines et de créer ainsi des emplois aux Etats-Unis, confrontés à un taux de chômage record depuis 1983.

"Si nous augmentons de ne serait-ce que 5% nos exportations vers les pays de la région Asie-Pacifique, nous pouvons augmenter de plusieurs centaines de milliers le nombre des emplois soutenus par ces exportations aux Etats-Unis", a-t-il dit.

Cote de popularité en baisse
Selon une enquête de l'institut Gallup rendue publique vendredi, 49% des personnes interrogées approuvent l'action du président, qui a pris ses fonctions en janvier dernier. Ce sondage suit de deux jours un autre, réalisé par l'université Quinnipiac, qui, mercredi, situait sa popularité à 48%.

C'est la première fois que le président américain passe sous les 50% dans des sondages de ces deux instituts.

A son arrivée à la Maison blanche, environ 70% des Américains se disaient satisfaits d'Obama. Depuis lors, sa cote était tombée un peu au-dessus des 50%, sans cependant passer sous cette barre.

Vous êtes à nouveau en ligne