Le Concordia a bougé, les recherches sont suspendues

(Max Rossi Reuters)

Les sauveteurs italiens ont détecté un glissement du paquebot échoué. Les plongeurs ont interdiction de s'en approcher jusqu'à nouvel ordre.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Depuis 8h ce matin, plus aucune embarcation de secours ne s'active autour de l'épave du Concordia. "Les instruments ont relevé un déplacement du navire, nous sommes en train d'évaluer s'il a trouvé un nouveau point d'appui avant de voir si l'on peut reprendre. Pour le moment nous ne pouvons même pas nous en approcher ", précise le porte-parole des pompiers.

Des spéléologues ont recherché "toute la nuit " les corps d'une vingtaine de disparus, qui pourraient être coincés à l'intérieur. Ils ont ainsi trouvé hier les cadavres de cinq passagers, à 18 mètres de profondeur, dans ce qui était le pont numéro quatre du navire. Serrées près d'un point de rassemblement, toutes les victimes portaient des gilets de sauvetage. Elles n'ont pas encore été identifiées. Avant leur découverte, il restait 29 disparus, dont quatre français.

"Nous ne savons pas quand cela va commencer"

Le glissement du paquebot, un événement que les secours redoutaient, risque aussi de retarder les opérations de pompage du carburant. Les réservoirs du Concordia, encore intacts, contiennent 2.400 tonnes de fioul. "Nous sommes en train de déployer tout le nécessaire pour commencer le pompage mais nous ne savons pas quand cela va commencer, cela dépend du temps ", indique un porte-parole des garde-côtes italiens. Les récifs qui entourent l'île du Giglio font partie d'une réserve naturelle.

Vous êtes à nouveau en ligne