"Là-haut c'est la Foire du Trône" : le coup de gueule du maire de Saint-Gervais quant aux règles non respectées sur le Mont-Blanc

Le Mont-Blanc accueille entre 20 000 et 30 000 personnes par an.
Le Mont-Blanc accueille entre 20 000 et 30 000 personnes par an. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

Le maire de Saint-Gervais, conseiller du canton du Mont-Blanc, appelle à limiter l'accès au massif après l’augmentation des accidents sur le mont et la hausse de sa fréquentation.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Face à l'augmentation de la fréquentation du Mont-Blanc et celle du nombre d'accidents, Jean-Marc Peillex, maire de Saint-Gervais et conseiller départemental du canton du Mont-Blanc, appelle sur franceinfo ce mardi à limiter l'accès au massif. Il estime que l'Etat est responsable car "la loi n'est pas respectée". "On ne peut pas continuer à avoir une course entamée par n'importe qui dans n'importe quelles conditions."

franceinfo. Pourquoi voulez-vous limiter l'accès au Mont-Blanc ?

Jean-Marc Peillex. D'abord pour des raisons de sécurité parce qu'il s'agit de vies humaines. Même si l'année dernière il n'y a eu que quinze morts, c'est quinze morts de trop. Et je crois que ça doit faire réfléchir. On ne peut pas continuer à avoir une course entamée par n'importe qui dans n'importe quelles conditions, au mépris de la vie des alpinistes - qui ne sont plus des alpinistes mais des touristes en quête d'exploits - et de la vie des secouristes. Parce que quand on a des inconscients, les gendarmes de haute montagne vont les chercher. Et puis il y a une chose importante : on parle maintenant de respect de l'environnement, de l'importance de changer nos gestes, mais là-haut c'est la Foire du Trône. Les gens font n'importe quoi en laissant leurs ordures, ils se fichent pas mal de faire en sorte que le Mont-Blanc deviennent une montagne bafouée. Et ça, c'est purement inadmissible. On est en France : c'est à la France de faire respecter les textes que l'Etat n'a de cesse de nous imposer à nous les maires des petites communes.

La loi n'est pas respectée dans l'ascension du Mont-Blanc ?

Non, la loi n'est pas respectée. Le Mont-Blanc est une propriété privée et appartient à la commune. Ce sont des parcelles qui sont gérées par le cadastre. Il est par ailleurs un site classé, c’est-à-dire que, normalement, c'est un site où l'on n'a pas le droit de faire n'importe quoi et où il y a une réglementation très stricte. Et à cause de quelques lobbys économiques qui sont plus puissants que l'intérêt national, l'Etat se refuse à faire appliquer les textes du Code de l'urbanisme et les textes qui ont trait à la sécurité des gens. Quand vous êtes sur un lac, vous avez des gendarmes qui viennent avec une vedette et qui vous mettent une amende parce que vous n'avez pas de gilet de sauvetage. Et au Mont-Blanc, on a le droit de se tuer sans équipement, on a le droit de faire le Mont-Blanc en basket et il ne faut rien dire parce que le Mont-Blanc fait briller quelques-uns.

Un arrêté a été pris par la préfecture de Haute-Savoie il y a un mois pour limiter les réservations au refuge du Goûter. C'était nécessaire ?

La réservation en refuge est obligatoire depuis cinq ans. Mais je reprends mon credo : pourquoi l'Etat a mis cinq ans avant de s'apercevoir que ce n'était pas respecté ? Pourquoi l'Etat a mis cinq ans avant de dire aux gendarmes 'il faut que vous arrêtiez les gens qui n'ont pas de réservation' ? C'est ça le vrai problème. Dans le monde entier on sait qu'il y a des règles mais personne ne les respecte et personne ne dit rien. Et bien ce n'est pas comme cela que l'on va respecter le Mont-Blanc et ce n'est pas comme cela que l'on va faire en sorte que l'accidentologie va diminuer.

Vous êtes à nouveau en ligne