La distribution de l'aide internationale est acheminée avec difficulté à Port-au-Prince, la capitale haïtienne

Des militaires déchargent l\'aide humanitaire à Port-au-Prince
Des militaires déchargent l'aide humanitaire à Port-au-Prince (France 2)

Les secours sont arrivés depuis jeudi dans la ville ravagée par le séisme mais sur place, le désespoir de la population cède souvent la place à la colère.L'aide tarde à parvenir aux sinistrés en raison de problèmes logistiques et d'infrastructures dévastées.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Les secours sont arrivés depuis jeudi dans la ville ravagée par le séisme mais sur place, le désespoir de la population cède souvent la place à la colère.

L'aide tarde à parvenir aux sinistrés en raison de problèmes logistiques et d'infrastructures dévastées.

La Croix-Rouge haïtienne estime à trois millions le nombre de blessés et de sans-abri, soit un tiers de la population totale du pays caraïbe.

Dans un communiqué, l'Onu précise que plus de 25 équipes de recherche et de secours sont désormais déployées dans les écoles, les hôtels, les hôpitaux et les grands bâtiments de Port-au-Prince. Treize autres équipes y sont attendues.

"Il y a des poches de survie, il ne faut pas perdre espoir", a dit Elizabeth Byrs, porte-parole du Bureau de la coordination des affaires humanitaires. Elle a souligné qu'il existait suffisamment d'hôpitaux de campagne, mais que ceux-ci manquaient cruellement de chirurgiens et de médicaments.

Les Nations unies envisagent également de transformer le stade de football de Port-au-Prince en hôpital de campagne et de créer 200 cuisines roulantes pour nourrir les sans-abri.

L'Organisation panaméricaine de la santé (OPS), a mis en garde contre les risques d'épidémies de diarrhée, insistant sur l'importance de la distribution d'eau potable dans les prochains jours. La rougeole et le tétanos, dans un pays où la vaccination contre ces maladies est faible, sont aussi un danger.

En ce qui concerne la distribution de nourriture, M.Chanzy, qui dirige un comité chargé de coordonner la distribution alimentaire, estime "que d'ici à quelque jours, on aura de 150.000 à 200.000 rations quotidiennes".

Quant au programme mondial (PAM) de l'Onu, il devrait faire passer sa propre distribution de nourriture de 8.000 à 50.000 personnes".

Pour leur part, les voisins de la République dominicaine ont envoyé des cuisines mobiles pour préparer 100.000 plats chauds par jour. Le ministère haïtien de l'Education en fournit de son côté 50.000, selon ce responsable.

Les dons affluent, les organisations humanitaires commencent à agir
Les dons affluent par millions d'euros vers les organisations humanitaires, selon ces dernières, qui ont annoncé avoir commencé à agir.

Médecins sans frontières a ainsi déclaré sur son site internet avoir dispensé des soins à près de 2.000 blessés dans des tentes installées dans deux hôpitaux détruits. Deux blocs opératoires sont opérationnels pour prendre en charge 300 patients transférés au centre MSF de l'hôpital de Choscal, dans le quartier de Cité Soleil, dit l'organisation.

Deux avions cargo de MSF ont pu atterrir à l'aéroport de Port-au-Prince, d'autres avions ont dû se poser à Saint-Domingue. Un hôpital équipé de deux blocs opératoires est en cours d'acheminement à bord d'un avion transportant également des équipes chirurgicales mais n'a peu encore atterrir.

"Les problèmes d'accès et de transports, aériens comme routiers, retardent toutefois l'arrivée des équipes", dit cependant MSF.

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

Vous êtes à nouveau en ligne