La centrale à charbon de Cordemais pourra fonctionner au-delà de 2022

La centrale à charbon de Cordemais, en Loire-Atlantique, le 28 septembre 2018.
La centrale à charbon de Cordemais, en Loire-Atlantique, le 28 septembre 2018. (LOIC VENANCE / AFP)

La centrale doit pour cela réussir son projet de conversion à la biomasse.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

La centrale à charbon de Cordemais (Loire-Atlantique) pourra fonctionner au-delà de 2022 pour garantir l'approvisionnement en électricité de la Bretagne, si son projet de conversion à la biomasse réussit, a annoncé le ministre de la Transition écologique, dans un courrier aux syndicats dévoilé vendredi 11 janvier. François de Rugy a rappelé que le gouvernement s'était engagé à fermer toutes les centrales à charbon d'ici 2022. Il a toutefois affirmé que ce calendrier devrait "bien évidemment prendre en compte la nécessité d'assurer la sécurité d'approvisionnement".

Il souligne notamment "l'importance" de la centrale de Cordemais dans l'approvisionnement de la péninsule bretonne, qui dispose de peu de moyens de productions propres. Le ministre de la Transition écologique insiste aussi sur "les incertitudes" entourant les dates de mise en service du réacteur nucléaire EPR de Flamanville (Manche) et d'une centrale à gaz à Landivisiau (Finistère), censés couvrir les besoins électriques de l'ouest de la France après 2020. "La préservation de la sécurité d'approvisionnement est (...) un prérequis à la fermeture", insiste François de Rugy, dans une lettre cosignée par la secrétaire d'Etat Emmanuelle Wargon.

Une centrale "100% biomasse à horizon 2025-2027"

A Cordemais, EDF teste un dispositif de co-combustion baptisé Ecocombust à base de biomasse. En août, un essai à 80% de biomasse et 20% de charbon a été validé. L'objectif est de parvenir à ce ratio en production à "l'hiver 2022-2023", avant d'atteindre le "100% biomasse à horizon 2025-2027", selon Gwenael Plagne, délégué syndical CGT d'EDF.

Qualifiant ce projet d'"intéressant", les ministres estiment que l'utilisation de biomasse "pour un nombre d'heures limité aux besoins du réseau, pourrait le cas échéant s'accompagner d'une fraction de charbon, dans des proportions ne dépassant pas toutefois 20% des volumes totaux". Ils ajoutent avoir demandé une "analyse technique" au Réseau de transport d'électricité (RTE) sur l'équilibre offre-demande dans l'ouest de la France, qui devrait y répondre dans les "prochaines semaines".

Vous êtes à nouveau en ligne