EN IMAGES. Islande : un garde-forestier photographie l'impressionnante fonte d'un glacier en huit ans

Le Skaftafellsjökull, un glacier du sud-est de l\'Islande, photographié en mai 2016.
Le Skaftafellsjökull, un glacier du sud-est de l'Islande, photographié en mai 2016. (MICHAEL PORTILLO / ONLY WORLD / AFP)

Gudmundur Ogmundson a pris la même photo du Skaftafellsjökull tous les ans, entre 2012 et 2019. Ces clichés montrent le recul de la bande de glace d'année en année.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"Quand vous voyez un glacier tous les jours, vous ne réalisez pas forcément qu'il est en train de fondre." Gudmundur Ogmundson, garde-forestier dans le parc islandais du Vatnajökull, a voulu chroniquer le recul du Skaftafellsjökull, un glacier du sud-est de l'île. "Ce projet photo est né un peu d'une coïncidence : en 2012, j'avais acheté un nouvel objectif pour mon appareil et j'ai pris des photos du glacier, explique-t-il à France 24. L'année suivante, en regardant mes photos, je me suis dit ça serait intéressant de refaire la photo depuis le même point de vue et à la même période de l'année, pour voir si on remarquait des différences." Le résultat : huit photos prises entre 2012 et 2019, sur lesquelles on voit la bande de glace disparaître peu à peu.

Gudmundur Ogmundson a pris ces photos entre février et avril, depuis un lieu donnant "la meilleue vue sur cette partie du glacier quand elle existait encore". Le recul du Skaftafellsjökull "n'a rien de surprenant", souligne le garde-forestier. Un rapport (PDF, en anglais) de l'institut météorologique islandais indique que les 269 glaciers islandais ont perdu 750 km2 de surface depuis l'an 2000. "En 2018, certains glaciers ont reculé jusqu'à 300 mètres sur une seule année", détaille France 24.

"Je pense qu'il n'y a aucun doute possible sur le fait que ça soit lié au changement climatique", déclare Gudmundur Ogmundson. "Il y a de sérieuses conséquences à ce phénomène", insiste-t-il, notamment pour "les réserves d'eau potable" et pour "les écosystèmes des zones humides proches des glaciers".

Vous êtes à nouveau en ligne