Intempéries meurtrières dans les Alpes-Maritimes : un "phénomène climatique exceptionnel"

(De fortes pluies alors que des évenements sportif et culturel, comme ici au stade de football de Nice, avaient fait se déplacer des milliers de personnes © Reuters/Eric gaillard)

Des trombes d’eau se sont abattues sur le département des Alpes-Maritimes entre 20 heures et 22 heures samedi soir. Il est tombé deux mois de pluie en seulement deux heures sur une courte zone allant de Nice à Cannes. Un phénomène historique qu’il était difficile de prévoir.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Le phénomène orageux avait débuté le matin sur le Languedoc et les départements proches de la vallée du Rhône et s’est propagé vers l’Est dans le courant de la soirée. Une ligne d’orages explosive s’est alors mise en place sur la région de Mandelieu-La Napoule, Cannes, Antibes, Nice, c’est-à-dire entre la mer et les premiers reliefs.

"Cette cellule orageuse a donné des pluies diluviennes et ces orages meurtriers avec des records de précipitations, du jamais vu depuis qu’existent les relevés météorologiques dans la région ", indique Joël Collado, de Météo France. En une heure, il est tombé rien qu'à Cannes 107 litres d’eau au mètre carré. Dans d'autres endroits, on est monté à plus de 150 litres au mètre carré en quelques heures.

(Square Mistral à Cannes, au lendemain des intempéries meurtrières qui ont frappé les Alpes-Maritimes © Radio France / Cyrille Ardaud)

L’intensité et la stationnarité, deux facteurs aggravants

La cellule orageuse est donc restée stationnaire, et c'est ce qui a donné ces cumuls impressionnants. Des précipitations que l’écoulement urbain n'a pas pu évacuer. C'est le deuxième facteur qui explique cette montée des eaux très importante et brutale.

Alix Roumagnac, président de Predict Services nous explique le phénomène climatique qui a frappé les Alpes-Maritimes c
--'--
--'--

L’alerte orange avait été donnée pour l’ensemble de départements concernés par ces orages prévus comme violents, "un cran déjà important de la vigilance ", explique Joël Collado, mais pas comme diluviens. Ils sont devenus diluviens sur une zone très courte de la Côte d’Azur où la densité de population est importante.

 

Une intensité qui a surpris tout le monde

Adolphe Colrat, préfet des Alpes Maritimes, parle d’un "phénomène d’une intensité exceptionnelle, extrêmement brutal, soudain " et localisé puisqu’il s’est donc abattu sur quelques communes, Biot, Mandelieu-La Napoule, Golfe-Juan, Vallauris, Antibes et Cannes.

 

"L’alerte lancée par Météo France a été parfaitement relayée et suivie mais la vague d’eau qui a envahi la maison de retraite de Biot par exemple, était inusitée ", répète le Préfet. "Il n’y a pas de précédent historique, le phénomène par sa violence échappait aux prévisions ", poursuit-il.

L’amélioration sur le front des intempéries est notable ce dimanche sur l’ensemble du bassin méditerranéen où le soleil dominera toute la journée.

 

(Le camping de Villeneuve Loubet au lendemain des intempéries meurtrières qui ont frappé les Alpes-Maritimes © Radio France / Violaine Ill)
(Le mini-tunnel complètement envahi par les eaux à Golfe-Juan © Droits réservés)

► A LIRE AUSSI Expliquez-nous ... l'épisode cévenol 

Vous êtes à nouveau en ligne