"Il faut absolument tout faire pour garder le lion" dont le nombre chute fortement

(Le nombre de lions a baissé de 70.000 en 50 ans © REUTERS/David Mdzinarishvili)

Dans les années 60, on comptait 100.000 lions dans le monde, mais 50 ans plus tard, ils seraient 31.000 à peine. En cause, le braconnage et l'urbanisation. Pour Philippe Chardonnet, vétérinaire et directeur de la fondation internationale pour la gestion de la faune, on est dans "une configuration qui ressemble à celle du loup et de l’ours en France".

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

La liste des espèces animales et végétales menacées d'extinction s'est encore allongée en 2015 malgré l’engagement de nombreux pays en faveur de la protection de l'environnement. La Liste rouge des espèces menacées établie par l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) comprend désormais 22.784 espèces, soit près du tiers des animaux et des plantes surveillés, contre 22.413 en 2014.

Cette année, l'UICN alerte sur la situation des lions, surtout en Afrique de l'Ouest. Sur l'ensemble du continent africain, il est considéré comme "vulnérable", une des catégories les moins alarmantes de la liste. Mais cela tient aux efforts de conservation en Afrique australe. Car dans l'ouest de l'Afrique, il classé en "danger critique". Braconnage et urbanisation sont les principales raisons de sa disparition. "Le lion dépend des proies, et la baisse des proies fragilise les lions, " explique Philippe Chardonnet, vétérinaire et directeur de la fondation internationale pour la gestion de la faune.

"Une configuration qui ressemble à celle du loup et de l’ours en France"

Le braconnage est souvent une réponse des éleveurs aux dégâts des lions sur le bétail, mais c’est aussi celui de la viande de brousse. Les lions se prennent dans les collets qui ont été tendus pour attraper les antilopes, les buffles… Le continent africain ne disposerait que d’une dizaine de zones isolées qui conviendrait à l’épanouissement du lion. "Ce sont des écosystèmes géants dans lesquels on trouve plusieurs milliers de lions, mais il y en a peu du fait de la croissance démographique ", explique Philippe Chardonnet. "Récemment nous avons aidé le gouvernement tanzanien à effectuer un recensement des lions hors des parcs nationaux. On a tendance à compter ceux des parcs nationaux et à oublier ceux qui sont dehors. "

La disparition des lions a une incidence sur l’équilibre écologique. "C’est un indicateur de la qualité de l’environnement. Il faut absolument tout faire pour garder le lion. " La question est de savoir comment concilier les intérêts des populations avec la présence des lions. "On est dans une configuration qui ressemble à celle du loup et de l’ours en France, mais avec une ampleur plus grande. "

"Le lion est un indicateur de la qualité de l’environnement", explique le vétérinaire Philippe Chardonnet
--'--
--'--
 

Vous êtes à nouveau en ligne