Il assistera à la conférence sur le climat, où il fera des offres de réduction des émissions de CO2 des Etats-Unis

Barack Obama (archives)
Barack Obama (archives) (France 2)

Barack Obama offrira à Copenhague une baisse de 17% des émissions de gaz à effet de serre des USA en 2020, puis de 30% en 2025 et de 42% en 2030 par rapport aux niveaux de 2005, a révélé mercredi la Maison Blanche.De son côté, la Chine sera elle représentée au sommet (7-18 décembre) par son premier ministre Wen Jiabao.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Barack Obama offrira à Copenhague une baisse de 17% des émissions de gaz à effet de serre des USA en 2020, puis de 30% en 2025 et de 42% en 2030 par rapport aux niveaux de 2005, a révélé mercredi la Maison Blanche.

De son côté, la Chine sera elle représentée au sommet (7-18 décembre) par son premier ministre Wen Jiabao.

eBarack Obama a décidé qu'il était bon qu'il se rende en personne, le 9 décembre, à la grande conférence de l'Onu à Copenhague, parce que sa présence "donnera de l'élan aux négociations et, selon nous, augmentera les chances de succès", a expliqué son conseiller pour le climat, Mike Froman.

Si la participation du chef de la Maison blanche à ce sommet très attendu sur le climat a généralement été saluée comme étant de nature à donner une impulsion, l'objectif de réduction assigné à court terme aux Etats-Unis, l'un des deux plus gros pollueurs de la planète (avec la Chine) est resté insuffisant pour beaucoup.

Pour Greenpeace par exemple, Barack Obama viendra à Copenhague avec des objectifs insuffisants, et son voyage n'est "rien d'autre qu'une séance photo" sur le chemin d'Oslo, où il doit de toute façon se rendre le 10 décembre pour recevoir le prix Nobel de la paix.

Après les annonces américaines, "on est loin des 25 à 40% en 2020" de réduction préconisés par les scientifiques, a jugé pour sa part le ministre français de l'Ecologie Jean-Louis Borloo, mais "c'est une première réponse extrêmement encourageante".

Lire aussi:

Infographie Animée sur les signaux d'alarme du changement climatique.

Vous êtes à nouveau en ligne