VIDEO. De la COP 24 à Davos : Greta Thunberg, la militante écolo qui ne mâche pas ses mots

La nouvelle icône de la lutte contre le climat était mardi à l'Assemblée nationale.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Greta Thunberg, la jeune militante écologiste suédoise, figure de la lutte étudiante pour le climat, n'est pas forcément la bienvenue à l'Assemblée. Elle s'est exprimée devant les députés mardi 23 juillet, mais pour certains une adolescente de 16 ans qui fait la grève de l'école n'avait rien à faire au Palais-Bourbon. Les élus avaient sûrement aussi conscience que la jeune Suédoise n'était pas venue pour distribuer les compliments.

>> REPLAY. Regardez son discours face aux députés français

Car, outre son âge et son engagement, Greta Thunberg doit sa notoriété à ses discours engagés et mordants envers les politiques. Ainsi lors d'une conférence à Stockholm (Suède) en novembre 2018, elle justifiait sa grève en condamnant l'inaction des politiques. "Pourquoi, au juste, je devrais étudier pour un avenir qui pourrait bientôt ne plus exister parce que personne ne fait rien pour le sauver ? Quel est l'intérêt de suivre les enseignements du système scolaire quand les plus grands scientifiques, issus du même système scolaire, ne sont pas écoutés par nos politiques et nos sociétés ?"

"Notre maison brûle"

Un mois plus tard, lors de la COP 24 à Katowice (Pologne), elle critique la culture de l'argent. "Notre civilisation est sacrifiée pour permettre à un très petit nombre de personnes de continuer à gagner énormément d'argent." Elle envoie également un message alarmiste en évoquant ses futurs enfants. "Ils me demanderont peut-être pourquoi vous n'avez rien fait. Vous dites que vous aimez vos enfants par-dessus tout, et pourtant vous volez leur avenir sous leurs yeux", lâche-t-elle.

Sa notoriété lui ouvre aussi les portes du Forum économique mondial de Davos (Suisse) où elle lance que "notre maison brûle", avant de s'adresser aux dirigeants des grandes puissances économiques. "Je veux que vous paniquiez. Je veux que vous agissiez comme si vous étiez en crise. Je veux que vous agissiez comme si notre maison était en feu. Parce qu'elle l'est."

Vous êtes à nouveau en ligne