"Le croient-ils vraiment ?" À Bordeaux, Nicolas Hulot s'interroge sur la prise de conscience écologique des chefs d'Etat

Nicolas Hulot, le 10 décembre 2015 à Paris.
Nicolas Hulot, le 10 décembre 2015 à Paris. (ERIC PIERMONT / AFP)

Invité samedi 7 septembre à un festival dédié à l'environnement à Bordeaux, l'ancien ministre de la Transition écologie en a profité pour répondre aux attaques de Nicolas Sarkozy.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Tous les discours sont repeints en vert depuis la rentrée : réelle prise de conscience ou stratégie politique ? Invité samedi 7 septembre au festival "d'éco-mobilisation" Climax à Bordeaux, Nicolas Hulot s'interroge : "Quand les chefs d'Etat, dans les grandes conférences internationales, disent que c'est l'avenir de l'humanité qui se détermine, le croient-ils vraiment ?"

Des attaques à fleuret moucheté mais pas de nom directement cité. Nicolas Hulot parle d'Emmanuel Macron en termes très mesurés. Sa démission, il l'a digérée. Mais cette attitude irrite : un homme dans le public ne comprend pas pourquoi l'ancien ministre protège le chef de l'Etat.

Je n'essaie pas de défendre le président Macron, j'essaie juste d'être nuancé.Nicolas Hulotau festival Climax à Bordeaux

"On est loin d'être parfait en France"

"On est loin d'être parfait en France, très loin, ajoute l'ancien ministre. Tous gouvernements confondus. Et quelquefois quand je nous regarde, je me désole, mais quand je nous compare, je me console."

Emmanuel Macron est épargné, mais Nicolas Hulot se rattrape avec Nicolas Sarkozy, qui s'était moqué de lui et de la militante écologiste Greta Thunberg devant les patrons du Medef : "Quand un ancien président, dont j'ai oublié le nom puisqu'en parlant de moi en même temps que Greta Thunberg il avait également oublié mon nom, dans un raffinement de cynisme, se permet de tourner en dérision une voix qui représente la jeunesse, ça me fait penser à ce proverbe chinois : 'quand le sage montre la Lune, l'imbécile regarde le doigt'." 

"Ça a du bon de ne plus être dans le gouvernement", lance un autre orateur de la conférence, devant un Nicolas Hulot tout sourire.

Nicolas Hulot à Bordeaux - Reportage de Yannick Falt
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne