L'activiste Greta Thunberg a donné son nom à un minuscule coléoptère

\"Nelloptodes gretae\", minuscule coléoptère couleur miel, a été baptisé, vendredi 25 octobre, du nom de l\'activiste Greta Thunberg, à Londres. 
"Nelloptodes gretae", minuscule coléoptère couleur miel, a été baptisé, vendredi 25 octobre, du nom de l'activiste Greta Thunberg, à Londres.  (MICHAEL DARBY / PEMBERLEY BOOKS / AFP)

L'insecte a été baptisé du nom de l'activiste Greta Thunberg par l'entomologiste qui a découvert son existence, a annoncé le Musée des sciences naturelles de Londres.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Nelloptodes gretae mesure moins d'un millimètre de long et ne possède ni yeux, ni ailes. Ce minuscule coléoptère couleur miel, qui ne possède pas non plus de longues nattes et n'a pas pour habitude de demander des comptes aux puissants de ce monde, a pourtant été baptisé, vendredi 25 octobre, du nom de la jeune activiste Greta Thunberg. C'est l'entomologiste qui a découvert son existence, Michael Darby qui a ainsi tenu rendre hommage à la militante, a annoncé le Musée des sciences naturelles de Londres.

Des centaines d'espèces encore à découvrir

"J'ai choisi ce nom parce que je suis très impressionné par le travail de la jeune militante et je voulais rendre hommage à sa contribution exceptionnelle aux questions environnementales", a expliqué Michael Darby, qui a découvert le petit coléoptère de la sous-famille ptinidae parmi les 22 millions de spécimens de la collection du musée. Ce petit coléoptère a été collecté dans le sol de Nairobi dans les années 1960, a précisé le musée dans un communiqué, mais il n'avait jamais été nommé. 

Le responsable de la collection des coléoptères, Max Barclay, a expliqué que des centaines d'espèces restaient encore à découvrir dans la vaste collection du musée et dans le monde, dont certaines disparaîtraient avant même d'être répertoriées, en raison de la perte de la biodiversité. "Il est donc parfaitement approprié que la découverte la plus récente soit baptisée du nom de quelqu'un qui s'est démené pour défendre le monde naturel et protéger les espèces vulnérables", a relevé Max Barclay.

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

Vous êtes à nouveau en ligne