Fuite de gaz à Rouen : les opérations de traitement sont terminées

(Maxppp)

La ministre de l'Ecologie, Delphine Batho, annonce mercredi que les opérations de traitement à l'usine Lubrizol de Rouen sont dorénavant terminées. Le 21 janvier, une fuite de gaz avait dégagé une odeur nauséabonde jusqu'à Paris. Les autorités assurent que le seuil de toxicité n'a jamais été atteint.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Plus de deux semaines après la fuite de gaz survenue à l'usine Lubrizol de Rouen, la ministre de l'Ecologie Delphine Batho annonce que les opérations de traitement ont pris fin mercredi. Cette fuite de mercaptan avait été à l'origine d'une forte odeur de gaz, ressentie jusqu'à Paris et dans le sud de l'Angleterre.

"L'ensemble des opérations de traitement des substances en cause chez  Lubrizol a pris fin à 12h30 " mercredi, a indiqué la ministre. La cuve en cause a été "entièrement rincée ", a-t-elle précisé, après que le produit à l'origine de l'incident ait été totalement évacué dans un premier temps.

Ces dernières semaines, les autorités avaient souligné qu'au-delà de la mauvaise odeur émise, le seuil de toxicité du produit n'avait jamais été atteint. Même si la gestion de l'accident avait fait polémique, et mettait en lumière "les risques industriels " en France comme le mentionnait la ministre de l'Environnement sur France Info. 

Reprise de l'activité de l'usine, sauf dans l'unité concernée

Les activités de l'usine normande ont repris "progressivement " à l'exception de "l'unité dans laquelle figure la cuve qui a présenté ce dysfonctionnement ", a annoncé mercredi la préfecture de Seine-Maritime dans un communiqué. 

La préfecture a précisé que l'usine Lubrizol devait remettre un rapport sur "les causes de l'incident, les mécanismes qui ont conduit à ce dégagement d'odeurs incommodantes, les relevés réalisés pendant l'incident, et les mesures  correctives susceptibles de garantir contre toute répétition d'un tel incident ". L'unité dans laquelle est survenu le problème ne reprendra ses activités que lorsque ce rapport aura été analysé par les services de l'Etat, ajoute la préfecture.

Une enquête administrative et une enquête judiciaire avaient été ouvertes après la fuite.

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

Vous êtes à nouveau en ligne