Deux ans après Fukushima : l'hommage du Japon aux victimes

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Il y a 2 ans jour pour jour, le Japon était frappé par un séisme et un tsunami. Deux phénomènes à l'origine de l'accident nucléaire de la centrale de Fukushima Daiichi. 160.000 personnes ont dû abandonner leur domicile. Ce lundi matin, le Premier ministre nippon Shinzo Abe a appelé la population à continuer à soutenir les sinistrés. Puis le pays uni dans la douleur a observé une minute de silence.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Le 11 mars 2011, à 14h46 heure locale, un séisme de magnitude 9 sous l'océan Pacifique, à quelques dizaines de kilomètres de la grande île de Honshu, a provoqué un tsunami et une catastrophe nucléaire.

Deux ans exactement après, le Japon s'est figé à la mémoire des 15.881 morts et 2.668 disparus. A Tokyo, l'empereur Akihito s'est incliné à la mémoire des victimes. Et des sirènes ont retenti pour marquer cette commémoration.

Dans la région concernée, rien ne sera plus comme avant

Depuis la catastrophe de Fukushima, plus personne n'attend un train à la gare de Tomioka. La ville située à  5 km de la centrale, reste interdite d'accès. Après le séisme, le tsunami géant et l'accident nucléaire, ses 11.000 habitants l'ont évacuée d'eux-mêmes. Ses maisons, ses commerces, sont à l'abandon. La radioactivite reste trop élevée pour y revenir.
Le gouvernement a investi 13 milliards d'euros pour décontaminer  avec des moyens rudimentairesTomioka et sa région  à  l'extérieur de la zone interdite. On retire 5 cm de la surface des sols. Mais les lieux nettoyés sont très vite pollués de nouveau. Car la centrale de Fukushima continue de rejeter du césium.

Ce lundi matin, le Premier ministre japonais a appelé la population à soutenir les sinistrés :

"La force de tous est encore nécessaire dans la zone sinistrée. Participez aux actions bénévoles, faites des dons, voyagez dans la région sinistrée et achetez des produits du Tohoku ".

Un message vidéo posté sur YouTube et relayé entre autres sur Twitter et Facebook.

A lire aussi >  Naoto Matsumura, le dernier homme de Fukushima

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

Vous êtes à nouveau en ligne