"On nous écrit de l’étranger !" : comment le "village écolo" de Langouët est devenu un exemple de développement durable

Loin de Katowice et de la COP24, à une vingtaine de kilomètres de Rennes, la commune de Langouët a fait le pari du développement durable et attire de nombreux candidats à l’installation.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

À l’occasion de la COP24, qui s'est achevée le 15 décembre à Katowice, en Pologne, franceinfo s’intéresse à ces initiatives qui existent partout en France en faveur de la transition écologique, comme en Bretagne, dans le petit village de Langouët, situé à une vingtaine de kilomètres de Rennes. Depuis 20 ans, la commune mène une politique centrée autour du développement durable, et ça fonctionne.

Une cantine 100% bio et moins chère

Dans la région, on le surnomme le village écolo : à Langouët et ses 602 habitants, tout le monde se connaît. Il y a Daniel, le maire du village, Sarah qui travaille sur l’urbanisme et la récupération de matériaux, Sylvain, enseignant et directeur de l’école. Et aussi Marie-France, cuisinière à la cantine de l’école, 100% bio, créée en 2004. "Quand les parents ont appris qu’on allait faire une cantine bio, indique Jocelyne Perier, adjointe en charge de l’école, ils ont craint que ça ne leur coûte plus cher. On leur a démontré que c’était le contraire. En 2003, le coût du repas était de 5,39 euros. Dix ans après, avec un nombre de repas supérieur, il est de 5,29 euros !"

Car, dans le même temps, l’école est passée de 46 élèves à 81 et une nouvelle classe a même été ouverte cette année. Les parents, et surtout les enfants, comme Anouk en CM1, sont séduits par le menu : "C’est rare de trouver des cantines où on mange aussi bien !", s’exclame l’écolière.

Et il faut faire de plus en plus attention à l’écologie, sinon la planète va être toute chaude et pas bien…

Anouk

à franceinfo

Pour éviter que la Terre ne soit "trop chaude", tout Langouët joue le jeu du développement durable : centrale solaire, logements sociaux passifs, maisons potagers et voitures électriques partagées et gratuites. Les réalisations et les projets ne manquent pas. Pourtant Langouët était bien seule il y a 20 ans, se souvient le maire, Daniel Cueff. Mais depuis, la réussite écologique du village a fait des émules dans toute la région. "Nous sommes partis à trois communes, en 2005, pour s’entraider sur le développement durable, se souvient l’édile. Et le réseau est aujourd’hui composé de 163 communes sur les cinq départements de la Bretagne historique. Ça commence à faire des exemples, et le réseau commence à peser sur les décisions en Bretagne concernant les questions environnementales."

Tous les ans, 300 candidats à l’installation

Langouët est victime de son succès, à tel point que chaque année environ 300 personnes demandent à s’y installer. "Il y a même des gens qui nous écrivent de l’étranger, s’enthousiasme le maire. Des Américains, des Californiens qui nous ont trouvé sur internet et qui souhaitent s’installer." Malheureusement les terres sont rares dans ce village bientôt autonome sur le plan énergétique qui espère désormais atteindre l’indépendance alimentaire.

Ecoutez le podcast "Agir pour ma planète"

Quel est l'impact du réchauffement climatique sur l'environnement ? Quels dangers, quelles solutions ? Retrouvez toutes les émissions et les chroniques des antennes de Radio France sur le changement climatique, à l'occasion de la COP24.

Abonnez-vous sur iTunessur Deezervia un flux RSS

Vous êtes à nouveau en ligne