COP24. "C’est un peu confus" : l’ombre des "gilets jaunes" plane dans les couloirs de la conférence sur le climat

François de Rugy, ministre de la Transition écologique, et la secrétaire d\'Etat Brune Poirson, à leur arrivée à Katowice.
François de Rugy, ministre de la Transition écologique, et la secrétaire d'Etat Brune Poirson, à leur arrivée à Katowice. (FRANCK DUBRAY / MAXPPP)

Tandis que les ministres arrivent à la COP24 à Katowice en Pologne pour conclure les règles d’application de l’accord de Paris, le mouvement des "gilets jaunes" est dans tous les esprits.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Trois ans après l’accord de Paris, l’optimisme ne souffle plus vraiment dans les couloirs de la COP24. Les États-Unis, le Brésil veulent sortir de l’accord et la France est bloquée par son mouvement des "gilets jaunes", dont tout le monde a bien entendu parler dans les couloirs de la conférence.

"Est-ce un problème politique, environnemental ?"

La plupart savent d’ailleurs dire "gilets jaunes" dans toutes les langues et les participants à la 24e conférence sur le climat de Katowice ont bien en tête l'actualité hexagonale. Pour autant, pour Hindou, représentante tchadienne d’une ONG, leurs revendications ne sont pas très claires : "Les gens ne comprennent pas vraiment ce qu’il se passe : est-ce que c’est un problème politique, environnemental ? C’est un peu confus."

>> "Gilets jaunes" et COP24 : comment surmonter la contradiction ?

John Sweeney de la délégation irlandaise comprend le mouvement des gilets jaunes mais regrette que la fiscalité carbone soit abandonnée par la France. "La question de la taxe diesel, c’est simplement l’expression d’un plus profond malaise pour eux, estime-t-il. Je pense que c’est dommage d’avoir dénoncé cette taxe car c’est une mesure efficace que tous les pays devraient adopter pour décourager l’usage du diesel et des carburants fossiles en général."

La secrétaire d’Etat à la Transition énergétique, Brune Poirson, vient justement rencontrer ses homologues pour leur expliquer le mouvement des "gilets jaunes" et que la France n’abandonnera pas son effort pour lutter contre le réchauffement climatique"La France, en matière climatique et environnementale, reste un pays leader et moteur, assure Brune Poirson. Sur cette question de la taxe carbone, il faut garder à l’esprit que nous avons une des taxes carbone les plus élevées d’Europe.

Nous maintenons notre ambition environnementale mais il y a un ajustement sur la méthode.Brune Poirsonà franceinfo

Pour la secrétaire d’Etat, l’objectif final reste "le même" : "Sortir de notre dépendance au pétrole" et "accélérer la transition écologique en France", en travaillant sur la méthode de façon à ce que sa mise en œuvre soit "la plus équitable" et "la plus juste possible". Mais Anton, membre de la délégation d’Indonésie, se demande bien quelle réponse le président français donnera aux gilets jaunes. Il n'est pas le seul : si personne ne jette la pierre à la France, c’est parce que chaque pays se doute qu’il peut se retrouver confronté lui aussi à ses propres "gilets jaunes".

ÉCOUTEZ LE PODCAST DE RADIO FRANCE "AGIR POUR MA PLANÈTE" : 

À l'occasion de la COP 24, retrouvez toutes les émissions et les chroniques sur le changement climatique, par les antennes de Radio France. Quel est l'impact du réchauffement climatique sur l'environnement ? Quels dangers, quelles solutions ? À retrouver sur iTunessur Deezer et sur le fil RSS.

Vous êtes à nouveau en ligne