Comment comprendre la mobilisation pour le climat ?

L’écologie et l’environnement deviennent des sujets centraux pour les concitoyens. Symbole ou enjeu pour le futur, le rédacteur en chef de Philosophie Magazine, Alexandre Lacroix, explique ce nouveau type de mobilisation.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Les marches pour le climat se multiplient un peu partout dans le monde. Une prise de conscience écologique qui peut s’expliquer. "Ces marches pour le climat répondent en fait à une difficulté intrinsèque de tous les gens pour l’écologie. Il y a un problème : la planète n’est pas un sujet de droit. Nous affrontons des défis majeurs (…) et seuls sont représentés au gouvernement les humains. Dans ces manifestations, ces marcheurs du climat décident de devenir les représentants des températures à venir", explique Alexandre Lacroix.

La jeunesse au pouvoir ?

Quelle conscience faut-il adopter ? "Il est très intéressant d’observer la fracture générationnelle. D’un côté, vous avez des leaders politiques comme Bolsonaro ou Trump, et quand vous n’avez plus que 25 ans à vivre, une prédiction catastrophique pour 2100, on peut dire qu’ils s’en fichent un peu. A contrario, on a vu les collégiens manifester en Belgique ou encore la lycéenne Greta Thunberg, la jeune suédoise avec son discours devant la COP24", détaille Alexandre Lacroix.

"Derrière cette fracture générationnelle, il y a une question philosophie vertigineuse : est-ce que nous avons des devoirs moraux ou des obligations éthiques envers les humains et l’avenir ? Peut-on avoir un devoir moral envers un être qui n’existe pas ?", questionne le journaliste. Il ne faut pas pour autant réduire l’écologie seulement à une question de jeunesse. "Il faut donner un statut aux êtres humains à naitre et au futur", conclut-il.

>> Les lycéens se mobilisent pour le climat

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne