COP21 : Une vie sans voiture est-elle possible ?

(Peggy Schmidt et toute sa petite famille vivent sans voiture depuis début octobre © Radio France / Benjamin Illy)

Alors que s'ouvre la COP 21 ce week-end, nous posons cette question : une vie sans sa voiture, est-ce possible ? Pour répondre à cette question 50 automobilistes vivent pendant 2 mois sans leur véhicule. Benjamin Illy a rencontré une des familles participant à cette expérience.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Peut-on vivre sans voiture ? Pour répondre à cette question 50 automobilistes se sont lancées dans une expérience inédite à l'initiative d'un site internet spécialisé dans l'auto-partage. Pendant 2 mois (du 3 octobre au 5 décembre), ils ont confié leur véhicule aux organisateurs et doivent chaque jour tester des solutions de mobilités alternatives (autopartage / transport en commun / vélo).

A Niort dans les Deux-Sèvres, ville moyenne de 57.000 habitants où trois-quarts des déplacements se font en voiture, 18 personnes ont accepté de jouer le jeu. Peggy Schmidt et toute sa petite famille vivent, depuis début octobre, uniquement à vélo. Ils ont embarqué Benjamin Illy le temps d'une journée.

(Benjamin Illy dans le vélo-cargo de la famille © Radio France)

Peggy Schmidt, 39 ans assistante sociale, vient chercher Benjamin à la Gare de Niort avec son mari Yann, 44 ans informaticien. Ils ont 3 enfants : Solal 6 ans, Printille 10 ans et Hugo 12 ans.

Ils embarquent sur leur vélo-cargo, doté d’une grande caisse en bois à l’avant. Avec cette engin qui leur a coûté 2.300 euros, Peggy peut transporter jusqu’à 80 kilos de marchandises, et même un journaliste en entier, puisqu’elle me demande de m’assoir dedans.

Avec son vélo-cargo, Peggy Schmidt est radieuse. Elle a "un sentiment de liberté à vélo, et des jambes en acier ", ce qui ravit son mari.

Un engagement de tous les instants

Toute la famille est réellement préoccupée par les questions environnementales. A la maison : des toilettes sèches et limitation de la consommation d’eau. A table des produits de saisons et locaux si possible. C’est le père de l’agroécologie, Pierre Rahbi qui les inspire. "Nous faisons notre part " avec cette expérience, explique Peggy. "C’est tout à fait possible de vivre sans voiture ", assure-t-elle.

La famille vit sur les hauteurs de Niort, à 4 kilomètres du centre-ville. Soit plus d’une centaine de kilomètres à vélo en moyenne chaque semaine, avec les courses, les activités des enfants. Et tout le monde semble conquis par ce mode de vie respectueux de l’environnement. Convaincus que cette démarche est la bonne. L’expérience leur permet de profiter de réduction sur un site internet d’auto-partage, mais la famille en use très peu. Préférant le vélo pour se déplacer, et même transporter  des sacs de plâtre, puisque leur maison est en travaux !

Pensez à la planète plutôt qu’aux billets

Les automobilistes au feu rouge sont un peu moins enthousiastes. Une dame explique qu’elle ne pourrait pas se passer de voiture pour emmener ses enfants à l’école, elle vit pourtant à 6 kilomètres seulement du centre-ville. Peggy s’énerve : "C’est un petit peu facile de mettre la responsabilité sur les enfants quand on est écologiquement irresponsable ". Et d’enchainer avec un message aux dirigeants qui vont se réunir à Paris très bientôt pour la COP 21 : "Pensez à la planète plutôt que de penser à vos billets, réveillez-vous ! Il y a une urgence. "

Aux dernières nouvelles, Peggy Schmidt et toute la famille ont pris leur décision : à la fin de l'expérience, le 5 décembre, ils vendront leur voiture, une vieille 4 L, au profit d'une vie à vélo ! Un vélo-cargo bien sûr.

Une vie sans sa voiture, est-elle possible ? Le reportage de Benjamin Illy pour France Info
--'--
--'--
 

Vous êtes à nouveau en ligne