VIDEO. Référendum sur le climat : Jean-Pierre Raffarin se dit "assez réservé"

FRANCEINFO / RADIO FRANCE

"Il faut sans doute un climat démocratique apaisé, ce qui n'est pas tout à fait le cas aujourd'hui", a estimé l'ancien Premier ministre.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"Personnellement, je suis assez réservé sur les référendums", a déclaré lundi 22 juin sur franceinfo Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre, alors que la Convention citoyenne pour le climat a notamment proposé dimanche de soumettre aux Français par référendum l'introduction de la lutte contre le réchauffement climatique dans la Constitution.

"Je suis très prudent sur le référendum. Il y a des circonstances où il peut être utile. Il faut sans doute un climat démocratique apaisé, ce qui n'est pas tout à fait le cas aujourd'hui", a souligné l'ancien Premier ministre, qui avait été engagé dans la campagne du référendum sur le traité établissant une constitution européenne, en 2005, sous la présidence de Jacques Chirac. La victoire du "non" avait entraîné à l'époque son départ de Matignon.

Les Français choisissent la question, ce n'est pas forcément la question qui leur est posée à laquelle ils répondent. Notamment dans les périodes de crise, ils votent pour ou contre le pouvoir.

Jean-Pierre Raffarin

à franceinfo

Jean-Pierre Raffarin a questionné la légitimité de cette Convention citoyenne : "Une assemblée de 150 personnes tirées au sort pour organiser les questions d'actualité, pour qu'un ministre vienne s'exprimer, c'est très bien. Ce tirage au sort est légitime pour l'interpellation, pour la protestation, quelques fois même pour l'émotion, mais pour formuler les propositions, il faut des process qui sont des process d'ingénierie politique, scientifique et administrative", a-t-il estimé.

Pour Jean-Pierre Raffarin, "la question de la légitimité est toujours posée. Est-ce que le tirage au sort va donner de la légitimité ?", s'interroge-t-il. L'ancien Premier ministre en doute. Rien ne vaut, selon lui, le suffrage universel : "La conviction, vous l'avez parce que vous êtes. Vous avez une conviction, elle est respectable. Vous êtes. C'est parce que votre existence vous donne droit à cela. La responsabilité, c'est quelqu'un qui vous la confie. Il faut un acte de responsabilité. Et le suffrage universel, c'est la meilleure source de la responsabilité et de la légitimité", a-t-il affirmé.

Vous êtes à nouveau en ligne