Lutte contre le réchauffement climatique dans la Constitution : "Emmanuel Macron, c'est le président des beaux discours", dénonce France Nature Environnement

Emmanuel Macron, lors de son interview organisée le 14 juillet 2020 à l\'Elysée.
Emmanuel Macron, lors de son interview organisée le 14 juillet 2020 à l'Elysée. (FRANCE 2 / FRANCE TELEVISIONS)

"On n'a pas besoin de symboles, on a besoin d'actes" estime le président de France Nature Environnement Arnaud Schwarz, interrogé sur franceinfo, après qu'Emmanuel Macron a annoncé l'inscription dans la Constitution de la lutte contre le réchauffement climatique. 

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Emmanuel Macron a souhaité mardi 14 juillet inscrire "le plus vite possible" la lutte contre le réchauffement climatique dans la Constitution, une demande formulée par la Convention citoyenne sur le climat.

"C'est symbolique", a réagi mardi 14 juillet sur franceinfo Arnaud Schwartz, le président de France nature environnement (FNE) "On n'a pas besoin de symbole, on a besoin d'actes. Emmanuel Macron, c'est le président des beaux discours depuis le début de mandat." Arnaud Schwartz attend "des moyens humains et financiers pour que le droit soit connu, respecté, mis en œuvre".

Un "manque de chiffrage" sur la rénovation énergétique

Arnaud Schwartz n'attend pas non plus de référendum portant sur l'inscription dans la Constitution de la lutte contre le réchauffement climatique et pour la biodiversité, comme l'a laissé entendre le président de la République. "Dans la constitution, il y a déjà la charte de l'environnement qui inclut les problématiques de biodiversité et de climat", souligne le président de FNE. "Seulement ce n'est pas appliqué. C'est ça le problème."

Lors de l'interview du 14 juillet, Emmanuel Macron a également indiqué vouloir lancer "un grand programme de rénovation" énergétique, à destination des écoles et des Ehpad. "On n'a pas de chiffrage", regrette le président de France nature environnement. "On attend d'avoir une traduction dans le projet de loi de finances pour l'année prochaine et des échéanciers avec des dates pour les investissements à venir. C'est important de chiffrer er de vérifier qu'on est au rendez-vous des objectifs donnés", ajoute Arnaud Schwartz.

Vous êtes à nouveau en ligne