Convention climat : les écologistes saluent les propositions et s’attendent à une vive opposition des adversaires politiques

FRANCEINFO

Invité du journal de 23h sur Franceinfo, la porte-parole d’EELV Eva Sas s’est félicitée des conclusions de la convention citoyenne pour le climat dimanche 21 juin. Elle s’oppose aux critiques de ses adversaires politiques et s’attend à une véritable lutte lors du second tour des élections municipales.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Ses conclusions étaient très attendues. La convention citoyenne pour le climat a livré ses propositions au gouvernement pour lutter contre le réchauffement climatique. Des annonces qui ont satisfait Eva Sas, porte-parole d’EELV. Elle salue le consensus sur plusieurs mesures, même si elle regrette l’absence de la taxe carbone et du nucléaire.

Plusieurs personnalités politiques ont critiqué ses propositions, Marine Le Pen les qualifiant de "loufoques". Une réaction que ne comprend pas Eva Sas. "Je pense qu’elle ne comprend pas bien les enjeux climatiques visiblement. En plus, c’est totalement aberrant du point de vue économique parce que, quand on sait que la transition écologique, c’est 900 000 emplois potentiels et que les grands chantiers nationaux de la transition écologique pourraient créer dans le bâtiment, dans les transports collectifs énormément d’emplois et répondre à la crise économique qui est devant nous, je pense que là Marine Le Pen est là complètement à côté de la plaque", déclare-t-elle.

Un front anti-écolo au second tour des municipales ?

Que cela soit à Lyon (Rhône), Bordeaux (Gironde) ou même Strasbourg (Bas-Rhin), des alliances ont lieu entre candidats LREM et LR pour s’allier face aux candidats écologistes, rappelle la journaliste Lucile Devillers. "Nous avons été surpris. Nous constatons qu’il y a un front anti-écolo qui s’est fondé dans quelques villes avec des alliances qui relèvent parfois de la carpe et du lapin et qui caricaturent nos propositions", estime Eva Sas.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne