Convention citoyenne pour le climat : "Un début de réponse assez substantiel", pour Laurence Tubiana, co-présidente du comité de gouvernance

Laurence Tubiana, la co-présidente du comité de gouvernance de la Convention citoyenne pour le climat 
Laurence Tubiana, la co-présidente du comité de gouvernance de la Convention citoyenne pour le climat  (FERNANDO VILLAR / EFE)

Lundi 29 juin, Emmanuel Macron a reçu à l'Elysée les 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat. Il s'est engagé à transmettre au gouvernement ou au Parlement, ou à soumettre à référendum 146 d'entre elles.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"Le président de la République a su répondre très rapidement aux 150 citoyens de la Convention avec des engagements. Et il y en a plusieurs qui sont vraiment importants", estime Laurence Tubiana, lundi 29 juin sur franceinfo. La co-présidente du comité de gouvernance de la Convention citoyenne pour le climat salue en particulier le fait que le président de la République "soutienne très clairement la lutte contre l'artificialisation des sols avec le moratoire sur les centres commerciaux", ou son accord "pour porter un référendum", "la réforme de l'article 1 de la Constitution, ce qui est extrêmement important".

C'était courageux d'avoir lancé l'exerciceLaurence Tubiana, co-présidente du comité de gouvernance de la Convention citoyenne pour le climat sur franceinfo

Laurence Tubiana se félicite aussi qu'Emmanuel Macron ait "soutenu l'ensemble des propositions" car "elles ont été prises un peu en otage avec la question de la limitation de la vitesse", une mesure écartée qu'il faut "peut-être garder pour après".

"Il y a beaucoup de choses à faire tout de suite", souligne Laurence Tubiana. Emmanuel Macron "peut faire beaucoup de choses qui sont à sa main", et "il faut que les parlementaires s'en saisissent et surtout, suivent les orientations qu'il a données", insiste-t-elle. "Sur la rénovation des bâtiments, si on met 15 milliards additionnels sur la table, on peut faire beaucoup de choses. On peut faire beaucoup de choses aussi sur les questions réglementaires" indique Laurence Tubiana.

Vous êtes à nouveau en ligne