Climat : le sommet de l'ONU joue les prolongations

(Les discussions se poursuivent désormais à huis clos © REUTERS/Enrique Castro-Mendivil)

La Conférence de l'ONU sur le climat devait se clore vendredi soir à Lima mais, faute de consensus, les discussions se poursuivent à huis clos. Rien de très étonnant : il est difficile de mettre d'accord 190 pays.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"Nous y sommes presque, nous avons besoin d'un dernier effort" : vendredi après-midi, Manuel Pulgar, le ministre de l'Environnement du Pérou, qui préside les débats, voulait y croire. Mais quelques heures plus tard, le texte était toujours en discussions... Pas facile de se mettre d'accord, à 190 pays, pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, et limiter à 2°C la hausse de la température de la planète...

La Conférence de l'ONU sur le climat devait officiellement prendre fin vendredi à 18h locales (minuit à Paris), mais les discussions se poursuivent toujours. A huis clos désormais.

Pour limiter la hausse de la température mondiale, il va falloir réduire les gaz à effet de serre de 40 à 70%. Cela suppose d'abandonner les énergies fossiles, comme le charbon, et d'investir massivement dans d'autres énergies.

Sud contre Nord, encore

La Convention sur le climat de 1992 a reconnu une "responsabilité globale mais différenciée", selon qu'il s'agiy d'un pays développé ou d'un pays en voie de développement... La Chine est le 1er pays émetteur de gaz à effet de serre, l'Inde est 4e ; tous deux plaident pour un statu quo. Inacceptable pour les Etats-Unis ou l'Union européenne.

Et puis, il y a les pays africains, peu concernés puisqu'ils ne produisent quasiment pas de ces gaz (3%), mais qui veulent des garanties financières - une aide pour faire face au réchauffement climatique, en clair.

Sur tous ces enjeux, il va falloir désormais mettre sur pied une feuille de route...

Vous êtes à nouveau en ligne