VIDEO. Le porc-épic, victime d'un braconnage de plus en plus intensif

Certains chercheurs lui prédisent un destin semblable à celui du pangolin... Voilà pourquoi le porc-épic est victime d'un braconnage de plus en plus intensif.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Un porc-épic chassé pour le contenu de ses intestins… Les porcs-épics de l'Ancien Monde, majoritairement présents en Asie, subissent un braconnage de plus en plus intensif. La raison : une masse d'aliments non digérés qui s'accumulent dans leurs intestins.

Le "bézoard", plus précieux que de l'or

Cette masse, appelée le "bézoard", est vendue brute ou réduite en poudre. Dans certaines médecines traditionnelles, elle est utilisée pour soigner des maladies comme le diabète ou certains cancers, même si ses vertus n'ont jamais été prouvées scientifiquement. Si au 16ème siècle les Européens étaient très friands de cette "perle d'estomac", c'est aujourd'hui en Chine qu'elle est la plus consommée.

Biologiquement, la formation d'un bézoard chez le porc-épic est une anomalie, qui apparaît lorsqu'un amas de substances non-digestibles stagnent dans le tube digestif. Comme un faible nombre de porcs-épics en produisent, il faut en tuer un nombre considérable pour obtenir une grande quantité de bézoard. Résultat : sur des sites de vente asiatiques, le prix est estimé à 150 dollars le gramme en moyenne, soit deux fois et demi le prix de l'or.

Aussi appréciés pour leur chair

Les porcs-épics de l'Ancien Monde sont également braconnés pour leur chair, qui contient beaucoup de protéines, mais aussi pour leurs épines et leurs poils, pour des raisons esthétiques ou médicinales. Leur protection varie beaucoup en fonction des pays et des espèces. En Malaisie par exemple, toutes les espèces sont protégées mais deux d'entre-elles peuvent être vendues avec un permis, alors qu'en Indonésie, la majorité des espèces de porc-épics peuvent être chassées mais il est illégal de les vendre.

Certains chercheurs craignent un destin semblable à celui du pangolin, une espèce autrefois très répandue, mais aujourd'hui fortement menacée à cause du braconnage.

Vous êtes à nouveau en ligne