VIDEO. En Nouvelle-Calédonie, les "Fantastiques Grands-Mères" explorent les fonds marins

BRUT

Chaque jour, elles nagent plus de deux kilomètres pour répertorier les serpents marins et d'autres espèces. On les surnomme les FGM, les Fantastiques Grands-Mères...

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Elles sont retraitées et on les surnomme les Fantastiques Grands-Mères (les FGM). Chaque jour, elles plongent pour inventorier les serpents marins et d'autres espèces. Outre les espèces de serpents marins inoffensives, elles s'attellent aussi à l'étude d'espèces plus rares et plus difficiles à étudier car venimeuses. "On leur a donné à chacun des noms et on peut suivre leur croissance, leurs déplacements, leur présence", explique l'une d'elles.

Un travail opportun

Pour elles, cette mission n'est pas sans importance. "Quand on a appris qu'on pouvait aussi aider un petit peu, participer à une recherche scientifique, on était toutes non seulement d'accord mais enthousiastes", raconte Geneviève Briançon. En effet, les serpents marins sont très peu connus. Cet inventaire est donc un bon moyen d'en apprendre davantage sur eux. "C'est très utile d'avoir de la science participative, parce que ça représente du temps de travail énorme que les scientifiques ne pourraient absolument pas financer", estime Claire Goiran, biologiste marin. Aussi, voyant leur nombre élevé et leur diversité, les Fantastiques Grands-Mères n'ont guère de doutes : ces animaux jouent un rôle majeur dans le fonctionnement de l'écosystème.

Vous êtes à nouveau en ligne