VIDEO. "C'est un être vivant très curieux" : ni animal, ni plante, ni champignon, un blob débarque au zoo de Paris

"Notre mission, c'est aussi de montrer les mystères de la nature", s'est félicité Bruno David, président du Muséum national d'histoire naturelle et du parc zoologique.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Vous l'avez sans doute croisé en forêt, ou dans votre cave, sans savoir qui il était : le blob, curiosité biologique composée d'une unique cellule mais capable de comportements complexes, débarque au parc zoologique de Paris. Cet étrange être vivant a pris ses quartiers dans le vivarium, où le public pourra faire sa connaissance à partir du samedi 19 octobre.

"Notre mission, c'est aussi de montrer les mystères de la nature", s'est félicité Bruno David, président du Muséum national d'histoire naturelle et du parc zoologique. Installé dans sa "blob zone", à l'abri de la lumière, le Physarum polycephalum (son nom scientifique) ressemble à une masse spongieuse, jaune et visqueuse.

Il peut atteindre 10 mètres en laboratoire

Ni animal, ni plante, ni champignon, c'est un organisme primitif, apparu il y a 500 millions d'années. "On ne sait pas bien où le mettre dans l'arbre du vivant", explique Bruno David. Le blob a longtemps été considéré comme un champignon, avant d'être évincé de ce règne pour rejoindre, dans les années 1990, les myxomycètes, sous-classe des amibozoaires (dont font aussi partie les amibes).

La créature peut atteindre 10 mètres en laboratoire, où l'on peut aussi la subdiviser en la découpant, ce qui donne de nouveaux blobs. Dans les chambres de culture du zoo, les jardiniers créent ainsi chaque jour de nouveaux spécimens à partir du même échantillon, pour en avoir un maximum à présenter au public.

Vous êtes à nouveau en ligne