Île d'Orango en Guinée-Bissau : les habitants respectent et préservent la nature

France 2

Les habitants de Guinée Bissau ont compris qu'il fallait prendre soin de leur île d'Orango. Ils comptent d'abord sur eux-mêmes. 

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

C'est la plus grande île de l'archipel des Bijagos, au large de la Guinée-Bissau, ancienne colonie portugaise. Orango est certainement un des endroits les plus isolés d'Afrique. Les habitants mettent une journée et demie de pirogue pour rejoindre le continent. Une population qui a appris par la force des choses, à vivre en autarcie dans le respect de la nature, et des ressources disponibles. 

Des habitants autosuffisants 

Carlitos Brandao pratique la pêche artisanale avec son filet, comme tous les hommes d'Orango. Depuis que l'île est devenue parc national en 1998, toutes les autres formes de pêches sont interdites. "On ne laisse pas les gens venir pour pêcher en grande quantité. Parce que sinon nous n'aurons pas de moyens de nourrir nos enfants dans le futur, donc on exige que chacun pêche peu", explique le pêcheur Carlitos Brandao. Il est même interdit aux habitants de vendre leurs poissons.Ils consomment pour l'essentiel ce qu'ils pêchent ou ce qu'ils ramassent dans la nature. 

Le JT
Les autres sujets du JT

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

Vous êtes à nouveau en ligne