Des champions français s'engagent pour la planète dans la dernière campagne du WWF

Nikola Karabatic, le 14 janvier 2020.
Nikola Karabatic, le 14 janvier 2020. (OLE MARTIN WOLD / NTB SCANPIX)

Parmi ces sportifs : Nikola Karabatic, Wendy Renard ou encore Kevin Mayer.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"#Pasledernier" : voilà le nom de la nouvelle campagne lancée par le WWF jusqu'en janvier contre la dégradation des terres et des océans, et les dérèglements climatiques. Cette fois, l'ONG a décidé de choisir comme ambassadeurs des sportifs. La footballeuse Wendy Renard, le rugbyman Mathieu Bastareaud ou encore le décathlonien Kevin Mayer s'engagent pour sensibiliser le grand public à la cause environnementale. Des parrainages qui ne sont pas anodins au moment où le Tour de France est pointé du doigt par certains écologistes.

Parmi les sportifs qui participent à cette campagne, Nikola Karabatic. Le handballeur, double champion olympique, quadruple champion du monde, est bien conscient d'être le symbole d'un paradoxe : un monde du sport qui verdit mais qui pourtant continue à polluer. "Depuis 10 ans, les instances augmentent le nombre de compétition, le nombre de sites, les déplacements... ce n'est pas bon pour l'environnement. Donc il faut qu'on aille vers quelque chose de raisonner", explique le handballeur.

Traumatisé par les mondiaux de Doha

Le constat est le même du côté de Pascal Martinot-Lagarde, champion d'Europe du 110 mètres haies et revenu traumatisé des mondiaux de Doha en 2019 où les températures dépassaient les 42 degrés. "Sur place on avait un nombre ahurissant d'abandon, raconte-t-il. Je vous le confirme : si la planète va mal et si'l commence à faire trop chaud, on aura plus la force de faire du sport." Alors Pascal Martinot-Lagarde essaie de faire évoluer les pratiques, en commençant par sa discipline. Le sportif a récemment investi dans une gourde, désespéré de voir autour de lui les athlètes gaspiller quatre bouteilles d'eau par entraînement. Dans ce cas-là, ce sont les mentalités qu'il faut changer : "C'est une contrainte anti-dopage. On nous apprend soit à surveiller intimement notre bouteille, soit à en prendre une nouvelle quand on la laisse trainer."

Les sportifs comme modèle, c'était bien l'intention d'Isabelle Autissier, l'ancienne navigatrice désormais présidente de WWF France. Pour elle il n'y a pas de doute : les athlètes ne sont pas les ennemis de l'environnement. "Personne ne doit être pointé du doigt car tout le monde a des pratiques polluantes", assure-t-elle. Pour sensibiliser le public au maximum, cette campagne inclut aussi le monde de la culture avec comme ambassadeurs la chanteuse Anggun ou encore l'animateur Stéphane Bern.

Vous êtes à nouveau en ligne