Biodiversité : la nature sauvage mise en danger par l'homme

FRANCE 3

De nombreuses espèces animales et végétales pourraient disparaître dans peu de temps, en raison notamment de l'activité humaine. Les précisions du journaliste Batteria sur le plateau de France 3.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

L'homme, dont l'activité nuit à de nombreuses espèces animales et végétales, va se trouver à son tour menacé. "Oui, parce que c'est 1 espèce sur 8 qui pourrait disparaître en quelques décennies de la surface de la Terre, bouleversant tout l'écosystème. Les scientifiques estiment qu'il y a 8 millions d'espèces animales et végétales; ce sont donc un million d'espèces qui seraient menacées d'extinction", explique le journaliste Jean-Christophe Batteria sur le plateau du 12/13. "Aucune branche n'est épargnée. 35% des cèdres pourraient disparaître. Chez les animaux, 40% des amphibiens le pourraient également, tout comme un tiers des mammifères marins", ajoute-t-il.

10 fois plus de plastique dans la nature qu'en 1980

Les scientifiques parlent d'ailleurs de 6e extinction de masse. "Au cours des temps géologiques, la vie sur Terre a vu les espèces qui la constituent apparaître et disparaître. Parfois, il y a des causes climatiques. Il y a 450 millions d'années, les grandes glaciations ont fait disparaître 80% des espèces. Plus proche de nous, la 5e extinction, c'était il y a 66 millions d'années : 75% des espèces avaient disparu avec la gigantesque météorite. Parmi ces espèces, les maîtres du monde de l'époque, les dinosaures, avaient disparu, laissant la place aux mammifères", précise le journaliste.

Mais c'est cette fois-ci l'homme qui est responsable. "Les zones urbanisées ont été multipliées par deux depuis 1992. La pollution au plastique est dix fois plus importante qu'en 1980. Petite touche un peu optimiste : les scientifiques disent qu'il n'est pas encore trop tard pour changer notre rapport à la nature et sauver les espèces", conclut Jean-Christophe Batteria. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne