Attaques en Haute-Saône et dans les Vosges : un loup abattu alors qu'il s'en prenait à un troupeau de bovins

Un loup dans le parc du Gévaudan (photo d\'illustration)
Un loup dans le parc du Gévaudan (photo d'illustration) (NOSETTO PATRICK / MAXPPP)

Un loup solitaire, qui serait l'auteur de 22 attaques de troupeaux de bovins et d'ovins depuis le mois d'août dans les Vosges et en Haute-Saône, a été abattu dans le secteur du Val d'Ajol.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Un loup a été abattu par un tir de défense mercredi 23 septembre vers 1h30 alors qu'il s'attaquait à un troupeau de vaches laitières dans le secteur du Val d'Ajol, entre les Vosges et la Haute-Saône, rapporte France Bleu Besançon. Il a été tué par une personne mandatée pour effectuer ces tirs de défense, autorisés par les préfectures des deux départements.

Ce loup serait l'auteur de 22 attaques de troupeaux de bovins et d'ovins depuis août, dont 10 dans les Vosges et 12 en Haute-Saône. D'abord, dès le 11 août, dans le secteur de Jussarupt et La Neuveville-devant-Lépanges dans les Vosges, puis à partir du 26 août dans le secteur de Fougerolles en Haute-Saône et du Val d'Ajol. Lundi 21 septembre, il a provoqué la mort d'un jeune bovin mâle de 11 mois à Fougerolles.

L'effarouchement reste peu efficace

Ce loup solitaire avait adopté un comportement atypique pour son espèce, en s'attaquant à des bovins, à une fréquence rapprochée, allant jusqu'à s'introduire dans des bâtiments d'élevage.

Le loup est une espèce strictement protégée en France, mais face à la multiplication des attaques et au peu d'effet des mesures d'effarouchement, les préfectures de la Haute-Saône et des Vosges ont autorisé des tirs de défense, encadrés par des lieutenants de louveterie, pour permettre aux éleveurs de protéger les troupeaux.

Vous êtes à nouveau en ligne